LA NOUVELLE :

Où se perdent les vents

L'auteur : Jana Rémond
(concourant au Prix Mille Saisons 2018)
dans l'anthologie "Tombé les voiles"

 

Les première lignes :

Où se perdent les vents, une nouvelle de Jana Rémond.

Un frémissement sur le sable.
Le serpent taït dresse sa tête hors de son trou, aux aguets. Son corps est sensible aux vibrations les plus légères, et ça, ce qu’il a senti, c’est une vibration lourde et lente glissant sur le sable, comme lorsqu’il traîne une proie jusqu’à sa tanière avant de l’avaler. Il attend quelques secondes.
De nouveau ce frémissement.
Le taït siffle nerveusement – la proie semble grosse, peut-être bien trop grosse pour lui.
Une étrange silhouette émerge derrière une dune. Un objet étrange en cet endroit, démesuré et pourtant perdu dans l’immensité qui l’entoure.
Le serpent disparaît dans son trou, laissant au désert ses mystères.
La chose s’approche à présent, glissant lentement et régulièrement sur le sable. Un objet fait de bois et de fer, de tissus et de cordes. Au milieu se dresse un tronc poli qui pointe droit vers le ciel, auquel pendent les lambeaux d’un tissu autrefois blanc.
C’est un bateau.
Une sorte de minuscule voilier, avec son mât, les restes d’une voile déchirée, sa coque en bois, retapée à plusieurs endroits. Il est tiré par un homme, harnaché de sangles de cuir qui le relient au voilier. Il peine à avancer, la sueur ruisselle sur son front, coule dans son cou en grosses gouttes. Sa tunique recousue est trempée et lui colle aux épaules. Ses pieds sont enveloppés de bandes de tissu gris qui le protègent du sable brûlant. Il est maigre, ses joues sont creusées de fatigue. Il a l’air épuisé – et pourtant il tracte consciencieusement son bateau, mètre après mètre. À son côté balance un long étui de cuir qu’il porte en bandoulière.

[...]

L'auteur :
Jana Rémond

Interview :

 

Biographie de l'auteur :

Jana Rémond est une dramaturge et nouvelliste française. Ayant grandi dans le sud de la France, elle quitte le soleil pour la ville de Lyon, où elle mène conjointement un master de Lettres modernes et une licence d’Arts du spectacle. Actuellement élève à l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT), elle est l’auteure d’une dizaine de nouvelles et de pièces de théâtre (Il y a quelque chose de pourri dans ce royaume, Et de mâles ténébreux, vous en rêvez, de mâles ténébreux ?), et a collaboré à plusieurs projets transdisciplinaires à la croisée du théâtre, de la danse et de la musique. Passionnée de musique classique et pianiste à ses heures, elle collabore régulièrement avec le trio de musique baroque Les Timbres (mise en espace de Proserpine de Lully, création et mise en espace du Carnaval des animaux). Elle vit actuellement à Lyon.

Jana Rémond

Vos commentaires :

Une nouvelle comme un dessin, on aime se perdre avec elle aux confins du silence

Betsey

Choisir une nouvelle plus qu'une autre a été cornélien, toutes sont inintéressantes, riches et bien écrites. Disons que Jana Rémond emporte un de mes points par l'originalité de sa nouvelle, sa poésie et la beauté de son style.

Fred95

Très belle nouvelle. On dirait la seconde partie de "enchanteur des vents"!

Valérian

Un nouvelle à la fois inquiétante et pleine d'espoir : très belle rencontre entre deux mondes symbolisée par cette belle voile bleue

Chasteller

Une jolie histoire poétique, une écriture dont la forme sert le fond.

Ronan

J’adore le titre

Nico J

J'ai beaucoup aimé cet univers et la rencontre des différents personnages dans cette nouvelle.

Didine3

la poésie de cette nouvelle, le permis de rêver.

Horta

Il y a une certaine poésie dans cette nouvelle, les vents de mon imagination s'y sont perdus avec plaisir.

Lemeuble

Belle nouvelle

VincentTaly

Probablement ma nouvelle favorite de ce recueil. L'univers, décrit discrètement mais avec brio, la splendide poésie de l'écriture, et le message ô si positif, c'est exactement le genre d'histoires que je recherche! J'ai cru comprendre des interviews que l'auteure pensait écrire un recueil de nouvelles plus qu'un roman si elle gagne -ce que je lui souhaite- et ça me va très bien, je pense que ce serait la forme la plus adaptée à cet univers que je veux absolument voir plus à l'avenir.

SirThomasNoMore

"Son histoire a la saveur des rêves"... Une écriture profonde, poétique, simple, qui génère un étrange délice de mots.

Aixpress

Le mystère poétique m'a beaucoup plu.

Yope

Irréel, surprenant, magique... une très belle rencontre ponctuée par des nuances de bleu.

Marcel canetto

La nouvelle la plus poétique du recueil. Elle m'a apporté un vrai moment d'évasion !

Darth Grogro

 

Retour à la table des matières

L'illustrateur :
Thomas Chicault

 

Biographie de l'illustrateur :

Passionné par l’imaginaire depuis l’enfance, je suis un jeune auteur de 25 ans aux influences aussi bien inspirées par la culture asiatique que par la bande dessinée franco-belge et américaine. Le fait de vouloir faire du dessin un métier s’est révélé comme une évidence au fil de mes années d’études. Cette envie de dessiner m’est venue en parallèle de ma volonté de raconter des histoires. Aussi, au-delà du travail de dessinateur, j’aspire pour la suite de ma carrière à avoir la possibilité de sortir une série d’histoires mêlant mon univers graphique aux scénarios que j’imagine.

Thomas Chicault

Vos commentaires :

Jolie porte d'entrée dans la nouvelle.

MeMo

un dessin poétique et fantomatique de fin du monde

Chasteller

Un dessin qui nous rappelle l'histoire longtemps après l'avoir lue.

Nekbeth

Les voiles, le vent et un coup de crayon juste ce qu'il faut pour être dans l'ambiance !

Archiclaire

Illustration très inspirante

Adolenn

l'eau et ses vagues qui nous poussent...le sable et ses dunes qu'on descend..

Horta

 

Retour à la table des matières

Le compositeur :
Sandra Menier

Composé sur le texte de Jana Rémond :
Où se perdent les vents

 

Biographie du compositeur :

Sandra Menier débute la musique à l’âge de 8 ans en classe Cham. Elle continuera la harpe durant ses études supérieures où elle étudiera la musicologie à l’université Lyon 2. C’est très jeune qu’elle découvre les grands thèmes de John Williams et que sa passion pour la musique et le cinéma débutera. Également grande lectrice, ses genres préférés vont de la littérature classique au fantastique, en passant par des auteurs du monde entier.

Sandra Menier

Vos commentaires :

Se distingue immédiatement des sempiternelles musiques "cinématographiques"

Xavier-Marc

Dès les premières notes, mes voiles en sont tombés.

Cleobule47

La harpe accompagne à merveille cette nouvelle et ce bateau fantôme

Chasteller

Magnifique! poétique comme la nouvelle.

Camelia

Belle maîtrise de la harpe. Une musique équilibrée.

Archiclaire

Comme un souffle d'air frais qui fait du bien.

Romane

on part de suite dans un souffle, un rêve

Horta

La harpe et les instruments médiévaux, c'est bien ;-)

PhilippeD

Des instruments dont on a pas l'habitude qui nous portent assez dans l'onirisme sans tomber dans le cliché

Tomw

J'aime beaucoup la légèreté de la musique.

Laurence

Joli mix, entre "Le lac des Cygnes" et la musique d'Eglise!

Tony

Portée par les ondes, épopée, douceur, positif

Groukie

où se perdent nos sens en écoutant cette sublime musique...

Mamieblues

L'ambiance mystérieuse et poétique s'accorde parfaitement au texte.

Yope

Belle mélodie, bien associée à la nouvelle.

ALG

La fusion parfaite avec le texte!

Marcel canetto

 

Retour à la table des matières

Tombé les voiles le livre

 

Visitez notre catalogue en ligne :
www.legrimoire.net/store