LA NOUVELLE :

Le Magasin

L'auteur : Aaron Gooris
(concourant au Prix Mille Saisons 2018)
dans l'anthologie "Tombé les voiles"

 

Les première lignes :

Le Magasin, une nouvelle de Aaron Gooris.

Masin stoppa net, il regarda l’horizon. Le soleil, bien qu’ayant entamé la deuxième moitié de son parcours, était encore haut dans le ciel. Pourtant, la lumière s’amenuisait doucement.

— Il fait de plus en plus sombre, par ici, pourtant, aucun arbre ne nous cache le soleil...
— Mon Dieu, tu me rassures, lui répondit Fyn – une jeune femme tout en muscles aux cheveux châtains. Je pensais que je faisais la chute de tension la plus lente de ma vie.

Ils avaient dû libérer les chevaux à l’entrée du marais de Bruxelles. Ils espéraient pouvoir en racheter au prochain village, un seul ferait l’affaire pour aller jusqu’à Amsterdam. Étant donné qu’ils devraient probablement retarder leur retour, il ne serait pas nécessaire de faire des dépenses superflues.

Le jeune homme couvrit sa bouche du poing, toussant violemment. Rouvrant sa main, il observa, résolu, sa glaire ensanglantée et la fit couler au sol.
— Toujours pareil ? demanda doucement Fyn.

Elle se forçait et cela se voyait. La question était inutile, son état ne pourrait s’améliorer avant d’arriver à Amsterdam. Ils étaient partis de Paris depuis trois jours et avaient parcouru plus ou moins la moitié du chemin. Amsterdam possédait la seule école qui formait des « ingénieurs » dans tout le monde connu. Les seuls capables de comprendre les antés ou ce qu’il en restait et de tenter de les faire fonctionner. C’était donc naturel que la ville abritât le plus grand centre de soins que la Nouvelle Histoire ait compté.

— Toujours pareil...

[...]

L'auteur :
Aaron Gooris

Interview :

 

Biographie de l'auteur :

J’ai commencé à écrire cette bio et me suis emporté. Je vous y racontais ma vie, tentant de la mener à ce moment. Y mêlant cursus scolaire, introspections et influences culturelles. La vérité c’est que l’exercice fut plus intéressant pour moi qu’il ne l’aurait été pour vous. Ce qui est intéressant au final c’est qu’une question me torture : pourquoi ? C’est une question que je ne peux cesser de me poser. Je veux savoir mais j’accepte que je ne puisse pas « tout » savoir. Mais ça ne m’empêchera pas d’essayer. Le problème est donc comment ne pas se disperser ? J’ai longtemps été comme plongé dans une spirale où je volais d’un domaine à l’autre. J’ai choisi, il n’y a pas longtemps, de faire le point. Qu’est-ce qui me plaît par-dessus tout ? Raconter des histoires. Piocher à gauche, à droite, dans ces différents savoirs incomplets pour créer autre chose. Un autre savoir, presque une autre réalité. J’ai toujours adoré ça mais ne me suis jamais totalement lancé. J’estimais que ça ne valait pas la peine, c’était beaucoup trop « risqué ». On se trompe. Souvent. Je n’ai jamais été aussi accompli que depuis que j’ai recommencé à écrire. Cette nouvelle n’est pas la dernière de mes histoires. Elle est meilleure que la précédente et, je l’espère, médiocre par rapport à la suivante.

Aaron Gooris

Vos commentaires :

Un univers incroyable et une chute... renversante.

Lemeuble

Un univers comparable à celui d'un David Lynch.

Evil Little S

Histoire intéressante et plutôt captivante.

ALG

l'univers apocalyptique et l'histoire d'amour me plaisent beaucoup je voudrais en savoir plus

MM

 

Retour à la table des matières

L'illustrateur :
Ryan Haezebrouck

 

Biographie de l'illustrateur :

Petit Breton pur beurre salé passionné de bandes dessinées telles que Enki Bilal, Moebius, Breccia, Hermann ou encore Mourier, ainsi que de musiques en tous genres, pratiquant la basse à mes heures perdues. L’envie de commencer la bande dessinée en tant que lecteur m’est venue lorsque j’ai acheté mon tout premier album vers l’âge de 6-7 ans : Titeuf, tchô monde cruel. Mon goût pour la connerie a aussi dû arriver dans ces eaux-là… Je commençais déjà à recopier les couvertures de tous les Titeuf, sans avoir l’idée de me lancer là-dedans plus tard. En tant que dessinateur, ce fut vers l’âge de 10-11 ans lors de ma rencontre avec Lidwine. Son univers fantastique m’a tout de suite plu dans Le Dernier Loup d’Oz. J’espère depuis ce jour me lancer dans ce métier, afin de m’acheter autant de paquets de pâtes qu’il me plaira…

Ryan Haezebrouck

Vos commentaires :

Illustration qui rajoute un plus à la nouvelle !

Albanel

J'aime énormément la force et le mouvement qui se dégage de cette illustration !

Leyka

 

Retour à la table des matières

Le compositeur :
Alois Durupt

Composé sur le texte de Aaron Gooris :
Le Magasin

 

Biographie du compositeur :

Mon parcours musical commence comme pour beaucoup au conservatoire, avec l’apprentissage du solfège et de la guitare classique puis, par la suite, du piano de manière autodidacte. Après un parcours scolaire classique, je décide d’entrer à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée, dans le cursus de Musique et Métiers du son, où j’ai pu perfectionner mes connaissances de la musique en général (musicologie, blues, jazz, etc.) et surtout apprendre les prémices de la musique assistée par ordinateur et le mixage. Étant très polyvalent au niveau de mes écoutes personnelles, mes influences sont disséminées un peu partout dans chaque style : Yoko Shimomura, Nobuo Uematsu, Daft Punk, John Williams, Beethoven ou encore Joe Hisaishi. Pour finir, je suis un grand fan des genres post-apocalyptique, science-fiction, horreur et fantasy.

Alois Durupt

Vos commentaires :

un univers à la Ryuichi Sakamoto, j'aime beaucoup

Calvin

J'aime beaucoup les mélodies jouées au piano. Je trouve celle-ci très touchante et calme.

Catherine Cheshire

belle mélodie et surtout différent des autres morceaux proposés

Castor35

Une composition apaisante et réfléchie. Les notes se posent comme des gouttes de pluies en parfaite harmonie.

Romane

Une composition tout en douceur ! Les sonorités du piano m'enchantent toujours autant !

Albanel

Très belle composition qui accompagne parfaitement le côté mystérieux de cette nouvelle

Didine3

paisible, reposante, les notes glissent

Horta

Très chouette composition ! Bien dans l'ambiance de la nouvelle !

Hadrien

Le thème, la lenteur, et les sonorités du piano

Groukie

Belle composition, en douceur.

ALG

ca donne des frissons

DaChocapic

Très belle utilisation du piano que ce soit sur un registre mélodique ou dans la création d’ambiance. Bravo!

Le Cèdre

 

Retour à la table des matières

Tombé les voiles le livre

 

Visitez notre catalogue en ligne :
www.legrimoire.net/store