LA NOUVELLE :

L’Œil du dragon

L'auteur : Rozenn Duchesne
(concourant au Prix Mille Saisons 2018)
dans l'anthologie "Tombé les voiles"

 

Les première lignes :

L’Œil du dragon, une nouvelle de Rozenn Duchesne.

Ravane lâcha la main de son épouse Laïli et gagna la fenêtre. Entre les persiennes pendantes, disloquées contre le carreau brisé, qui découpaient le monde extérieur en tranches inégales, il espionna en vain. Un écran de fumée dense couvrait la rue encombrée d’éboulis. L’eau avait jailli des canalisations éventrées, inondé les dernières parcelles de chaussée. Mais, plus loin, des autres immeubles qui jouxtaient l’esplanade, il ne discernait rien, ou bien par intermittence, entre deux nappes de poussière soulevées par le vent.

Les obus étaient tombés, la nuit précédente. Des explosions à vous déchirer en plusieurs morceaux palpitants : d’un côté le corps abruti, tympans vrombissants, intestins ratatinés, de l’autre, les idées prises au piège de l’hébétude et, au-dessus, une peur ardente, une émotion primitive, aiguë, incessante. La fin du monde. Un cauchemar dont on ne se dépêtre pas, une longue, affreuse mort. La pluie de missiles avait épargné leur bâtiment.

Il se frotta les paupières. La barrière de ses cils ne suffisait pas à protéger ses yeux de la poussière qui s’infiltrait partout. La plus infime particule torturait la cornée comme une poignée de sable grossier.

Son front suintait d’une mauvaise transpiration. Son cœur battait trop vite : depuis que les bombardements avaient cessé, le silence l’affolait. Tout son corps était en alerte ; il n’avait pas dormi depuis très longtemps. Il se retourna vers Laïli qui gisait sur le lit trempé. Elle avait cessé de gémir, mais sa respiration était entrecoupée de sanglots. Elle était épuisée, elle souffrait. Le bébé ne venait pas. Pas de sage-femme, bien entendu ; pas de médecin, aucun secours ; rien ni personne. La ville mourante avait été désertée. Laïli pouvait y laisser la vie, leur enfant aussi. Et Ravane resterait là d’un bout à l’autre, spectateur impuissant.

[...]

L'auteur :
Rozenn Duchesne

Interview :

 

Biographie de l'auteur :

Bretonne non bretonnante, je suis née en 1988 à Rennes. J'ai commencé à écrire des semblants d'histoires dès qu'on m'a enseigné comment faire des phrases avec du papier et un crayon. On pourrait dire que j'ai passé l'enfance dans mon univers imaginaire. Plus tard, dans la vie réelle, ça a été assez difficile de choisir ma voie. J'ai fait des études médicales qui ne m'ont pas réussi. Ou peut-être que si? Quoi qu'il en soit, une fois éjectée du ventre protecteur de l'Université, il a fallu reconsidérer certaines questions. Finalement, j'ai largué les amarres. Quelques décisions existentielles m'ont ainsi promenée de Nantes à Vilnius, de Paris à Grenade. Mais le vrai voyage est intérieur, tout le monde devrait savoir cela, dans notre monde surinformé. Échouée récemment - tombées, les voiles! - dans la plus jolie ville de France - Strasbourg -, j'apprends de nouvelles langues, et je renoue avec l'écriture. Je jette l'encre, quoi. Pour mon plaisir et, j'espère, celui des autres?

Rozenn Duchesne

Vos commentaires :

L'humanisme, le parallèle avec des conflits actuels, le lien entre le dragon et la guérisseuse.

Xavier-Marc

La guerre, avec ou sans dragon, c'est moche. Mais là c'est très bien raconté.

Karl

Le monde est détraqué mais ne l'est-il pas justement? Et puis il n'y a pas beaucoup de femmes dans ce concours...et encore moins transposées dans le chaos...

LN

J'aime le mystère qui entoure cette oeuvre (et j'aime les dragons aussi :p). Je veux en savoir plus, je suis restée sur ma faim !

Yaone

Eragon au pays de Mad max

Cassandre

Super nouvelle qui traite le sujet sous plusieurs angles dans un univers post-apo si proche de nous... Petit plus pour le dragon !

Loomy

l ambiance post apocalyptique de ce monde

Guill50

J'ai trouvé que cette nouvelle, en peu de pages, évoquait un univers très riche et cohérent, et offrait une belle figure de sorcière aussi sage que mystérieuse. Une très belle nouvelle de fantasy moderne.

Moronoire

Une très jolie nouvelle de fantasy. Un roman dans cet univers serait passionnant.

Mme Toulmonde

Une belle métaphore des zones de guerre

Momo44

j'ai bien aimé, le style, l'histoire, la fin

Mamieblues

Etonante histoire, très bon style littéraire

Kronos

Nouvelle intéressante, bon style.

ALG

 

Retour à la table des matières

L'illustrateur :
Célia Moutailler

 

Biographie de l'illustrateur :

Je m’appelle Célia, j’ai 21 ans, et je souhaiterais devenir illustratrice jeunesse. J’ai une grande admiration pour le travail de Geneviève Godbout, Rébecca Dautremer et Beatrix Potter. Travailler dans l’univers jeunesse serait pour moi l’idéal, car l’imagination et le besoin de découverte des enfants sont une source d’inspiration inépuisable. J’aime beaucoup travailler avec les techniques traditionnelles telles que le pastel gras, la peinture et les crayons de couleurs.

Célia Moutailler

Vos commentaires :

Le cadrage de l'image et le jeu d'ombres

Xavier-Marc

Respect pour les détails.

Yaone

Je tire mon chapeau pour les détails (réaliser toutes ces écailles a dû prendre des heures !). J'aurais toutefois une question : l'illustration de base serait-elle en couleur ?

Catherine Cheshire

L'expression de l'oeil, quelle beauté!

Camelia

Une magnifique illustration avec beaucoup de détails. Très réussi avec le jeu d'ombre et de lumière. On se sent vraiment transpercé par cet œil !

Lulaly

Mon illustration préférée de l'ouvrage, très belle technique.

Laura

Beau travail de noir qui nous captive littéralement dans l'oeil du dragon

Mimi

On est percé par cet œil !

Nunatak

la qualité de l'illustration, le souci du détail

Mamieblues

On plonge droit dans l'oeil du dragon, belle technique, belle texture

Kronos

 

Retour à la table des matières

Le compositeur :
Benjamin Buzzi

Composé sur le texte de Rozenn Duchesne :
L’Œil du dragon

-> Lien à venir

 

Biographie du compositeur :

Je m’appelle Benjamin Buzzi, je suis né le 17 mai 1997. Je vis actuellement dans la ville de Châtenay-Malabry, dans le sud des Hauts-de-Seine. Passionné de musique et de jeux vidéo, après avoir eu mon bac, j’intègre en 2017 l’ISART Digital où je fais des études de Music & Sound design pour le jeu vidéo et le cinéma d’animation. Et comme si cela ne suffisait pas à l’artiste qui vit en moi, j’ai aussi fait du théâtre pendant 3 ans et je pratique la magie depuis mes 10 ans. J’ai la soif de découvrir et la curiosité d’apprendre. Puisse la vie m’offrir ses plus belles merveilles.

Benjamin Buzzi

Vos commentaires :

A vous de nous dire pourquoi vous allez voter !

 

Retour à la table des matières

Tombé les voiles le livre

 

Visitez notre catalogue en ligne :
www.legrimoire.net/store