[anthologie] Solstice, volume 1 : Facettes d'Imaginaire

Avatar de l’utilisateur
Krystal
Tyran angélique
Messages : 1377
Inscription : 21 Jan 2005, 23:30
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy et Fantastique
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Krystal » 28 Juin 2007, 19:47

Moi? sadique? peut-être un peu...

Avatar de l’utilisateur
le_navire
Corsaire perverse
Messages : 611
Inscription : 11 Août 2006, 16:00
Localisation : Cévennes
Contact :

Messagepar le_navire » 30 Juin 2007, 11:11

1) je n'aime pas du tout les illus intérieures. Je les trouves sur la forme comme sur le fond, pauvres et limite almanach Vermot. Désolée. Mais après la couverture classe à mourir, ça gâche franchement l'effet.

2) le pire n'est pas là. Je copie/colle mon post du Navire.

Très bien, ça chie. Je suis furieuse.

La nouvelle "Ennemis de la liberté" m'a révoltée, dégoûtée, scandalisée. Tels que je connais l'équipe de 5S, que ce soit Krystal ou Chwip, elle ne l'ont tout simplement pas vu, pas compris. Mais les filles, franchement, ça en dit long sur le niveau de conscience politique qui règne au sein de l'équipe, hein ?

Parce que cette nouvelle, que nous dit-elle ? Que les esclaves étaient plus heureux avant qu'on abolisse l'esclavage. Qu'avec de bons maitres, leur vie était plus facile. Qu'ils ne voulaient pas de cette liberté, quelle leur a été imposée par la force et par des gens prétentieux et pédants, loin des réalités du terrain.

Je fais lire le Solstice à ma frangine, elle hurle et vous dénonce direct aux assoces qui militent pour la reconnaissance de l'esclavage. Croisez les doigts pour que ni elle ni un autre qui partagent sa couleur de peau et ses convictions ne tombe sur ce bouquin. Vous seriez mal, très très mal.

On peut disserter pendant des heures, rappeler que l'esclavage s'est prolongé d'une dominance économique, pas toujours plus belle, que certains esclaves sont bel et bien morts pour défendre leurs maitres contre les esclaves révoltés, qu'il y a eu des maitres généreux et doux dans leur paternalisme, et qu'ils furent aimés de leurs esclaves.

Mais ne dire que cela, ce que fait la nouvelle, c'est oublier la traite du bois d'ébenne, les morts, les viols, les violences, le fouet, les familles déchirées, la négation de l'humanité (et Chwip, désolée, mais là que ce soient des sauriens ou pas on s'en fout. Ils sont doués de raison, qu'est-ce que ça change, ma puce ?) la déchéance, et on peut continuer comme ça des plombes.

Il y a des bonnes nouvelles dans ce recueil, le niveau général n'est pas mauvais du tout, mais je refuse de m'impliquer dans la pub de ce recueil à cause de cette unique nouvelle, et c'est bien dommage. C'est d'autant plus frustrant que j'y suis déjà impliquée, et jusqu'au cou.

Mais c'est définitif.[/i]

Avatar de l’utilisateur
Sand
membre d'honneur
Messages : 983
Inscription : 06 Déc 2005, 16:26
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Sand » 30 Juin 2007, 11:35

Je l'ai pas lue comme ça...

Moi j'y ai surtout vu un esclave a qui on a refusé tellement qu'il en a oublié d'être humain, et un récit qui nous explique que vouloir offrir la liberté aux gens, c'est bien, mais qu'il ne faut pas oublier que ça ne suffit pas, qu'il faut de l'éducation, de l'accompagnement, parce que tout ne devient pas génial d'un coup de baguette magique.

Ca m'a fait penser à la fois au "meilleur des mondes" (pour l'aspect "conditionnement mental" d'être très heureux de ce qu'on est, et ho là là je ne voudrais certainement pas plus de responsabilités !) et à la guerre en Irak (ouais les gars on va leur apporter la liberté et la démocratie ! Ah merde y'a une guerre civile désormais...).

Je ne l'ai certainement pas vue comme une apologie de l'esclavage, et l'auteur dit quelque part (je ne sais plus si c'est dans la bio ou sur le forum) que son idée à la base, c'était de chercher la révolte la plus absurde qui soit.

pingu
ordre de l'été
Messages : 352
Inscription : 30 Nov 2006, 23:51

Messagepar pingu » 30 Juin 2007, 12:24


Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Messagepar Beorn » 30 Juin 2007, 13:44

Bon, Le Navire est en rogne, et qu’un texte vous mette en rogne pour ses implications idéologiques, je le comprends très bien.

Je ne vais pas essayer de la convaincre, mais de dire ce que nous, on a vu dans ce texte.

On y a vu que la liberté décrétée par les gens d’en haut, sans demander leur avis aux gens d’en bas, ce n’était pas une vraie liberté. On y a vu que l’enfer était pavé de bonnes intentions. On y a vu que faire le bonheur des gens malgré eux, c’était encore les mépriser et les dominer. On y a vu qu’on pouvait être libre sur le papier, et encore exploités dans les faits.

De nombreux exemples historiques ont montré que la liberté décrétée d’en haut, ça n’était pas toujours une réussite.
Certes, l’esclavage a été aboli aux Etats-Unis après la guerre de sécession, mais pour moi, ce sont les combats des années 60, menés par des noirs, qui leur ont apporté la vraie liberté (enfin, mettons, plus de liberté). Avant ça, c’était encore l’apartheid, le racisme d’Etat, l’exploitation et l’avilissement, et ce malgré la fin « officielle » de l’esclavage.

La liberté, oui, mais la liberté sur le papier, ça ne suffit pas. Voilà ce qu’on a aimé dans ce texte.

L’exemple de Sand sur l’Irak est très bon lui aussi.

T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Roland Vartogue
Phacochère sacré
Messages : 581
Inscription : 02 Mars 2005, 23:25
Localisation : Longpont-sur-Orge, la cité éternelle
Contact :

Messagepar Roland Vartogue » 30 Juin 2007, 13:52

Là, ça ne se voit pas forcément, mais je suis l'auteur de cette nouvelle (c'est la partie Nicolas de Roland Vartogue qui parle).

Je dois avouer que c'est bien là la plus étrange critique que j'aurais pu concevoir sur cette nouvelle. A vrai dire je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'aller si loin. C'est une nouvelle de fantasy qui n'a aucune prétention autre que celle de faire une révolte absurde comme le notent certains intervenants.

A mon sens il est inutile de faire un débat là-dessus.
C'est là que j'ai rencontré mon seigneur et maître. Ce n'était pas par hasard, comme ce n'est pas par hasard si je suis le conteur de cette histoire.

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Muse corsetée
Messages : 1263
Inscription : 20 Fév 2006, 14:40
Localisation : L'Hermitain
Contact :

Messagepar Roanne » 30 Juin 2007, 14:02

En même temps, ça donne envie de lire le tout pour se faire son propre avis... Bon, dès que j'aurai débloqué de nouveau un budget culture, il faudra que je commande les deux derniers ouvrages édités par 5S.
* *
* *

Avatar de l’utilisateur
le_navire
Corsaire perverse
Messages : 611
Inscription : 11 Août 2006, 16:00
Localisation : Cévennes
Contact :

Messagepar le_navire » 30 Juin 2007, 19:26


Avatar de l’utilisateur
Curwen
Lutin curieux
Messages : 258
Inscription : 01 Mai 2007, 20:49

Messagepar Curwen » 30 Juin 2007, 20:15

J'interviens juste pour dire que moi non plus je n'ai pas du tout vu de discours pro-esclavage dans cette nouvelle.

Je ne pense pas que l'auteur soit naïf ou méconnaisse le sujet. Je trouve, navire, que tu te focalises un peu trop sur l'esclavage des peuples africains par les blancs et que tu passes outre sur les formes les plus plus longues et tenaces de l'esclavage qui furent celles de l'antiquité.

C'était un esclavage bien différent de celui que tu dénonces, qui a pris une forme distincte dans chaque pays où il s'est illustré. Les grecs, les romains, les égyptiens, les mayas, et même l'europe médiévale via le servage ont connu l'esclavage. Mes connaissances, quoiques fragmentaires, sur le sujet me laissent à penser que l'esclavage décrit dans la nouvelle "ennemis de la liberté" est plus proche de l'esclavage égyptien que de tout autre forme. De plus, je ne sais pas qui le premier s'est révolté réellement contre l'esclavage, mais je sais au moins que Moïse et Spartacus se sont révoltés bien avant Toussaint Louverture.

Je trouve qu'ignorer ces formes de servitude est faire preuve de bien plus d'étroitesse d'esprit et d'inculture que cet auteur ne pourra jamais en montrer dans sa nouvelle.

De plus, pour moi, cette oeuvre dénonce l'esclavage. Non pas le plus manifeste, mais celui bien plus sournois et peut-être plus pertinent à notre époque : l'esclavage volontaire. Esclaves de l'argent, de la réussite, des médias... Je crois que le lecteur est assez intelligent pour comprendre cette métaphore et ne pas s'encombrer de messages politiques qui n'existent pas.
Lilith, grande Lilith, regarde le Marié

Avatar de l’utilisateur
GabrielleTrompeLaMort
Guerrière du Sud
Messages : 1052
Inscription : 25 Jan 2005, 16:56
Localisation : Au Pays Du Pastis !!!
Contact :

Messagepar GabrielleTrompeLaMort » 30 Juin 2007, 20:18

Attention, restons bien dans le sujet : les nouvelles de l'anthologie, voire une en particulier, mais pas de déviance sur le thème de l'esclavage. Si vous voulez débattre de tout cela (ce qui est un sujet très intéressant et malheureusement toujours d'actualité...), merci d'ouvrir un fil dans le forum approprié. ;)
"Sous ce masque, c'est une idée."
Blog d'édition d'

Avatar de l’utilisateur
le_navire
Corsaire perverse
Messages : 611
Inscription : 11 Août 2006, 16:00
Localisation : Cévennes
Contact :

Messagepar le_navire » 30 Juin 2007, 20:31

juste pour répondre à Curwen : on parle toujours de ce qu'on connait le mieux. Et je ne vois rien dans cette nouvelle qui puisse interdire à un homme ou une femme de couleur de se sentir blessé par ce texte. et là, je sais de quoi je parle.

Avatar de l’utilisateur
Roland Vartogue
Phacochère sacré
Messages : 581
Inscription : 02 Mars 2005, 23:25
Localisation : Longpont-sur-Orge, la cité éternelle
Contact :

Messagepar Roland Vartogue » 30 Juin 2007, 20:36

Gabrielle a raison, ici le sujet c'est l'anthologie.

Tout homme, blanc ou noir peut se sentir visé par ma nouvelle s'il le souhaite. Aucun ne l'est vraiment.

Je suis né à Schoelcher, en Martinique, je crois connaître le sujet de l'esclavage. Je me répète, il n'y a pas de débat.
C'est là que j'ai rencontré mon seigneur et maître. Ce n'était pas par hasard, comme ce n'est pas par hasard si je suis le conteur de cette histoire.

Avatar de l’utilisateur
IreneDelse
Messages : 37
Inscription : 28 Août 2006, 13:45
Contact :

Messagepar IreneDelse » 01 Juil 2007, 23:31

Bon, eh bien moi aussi, je l'ai lue, cette nouvelle. Disons que contrairement à le_navire, je ne pense pas qu'on puisse la prendre au 1er degré, comme quelque "justification" de l'esclavage que ce soit... Pour moi, c'est un texte qui se veut ironique, une sorte de "meilleur des mondes"... Même si j'aurais préféré justement qu'il affine un peu plus la satire. Car le reproche que je ferais (et là je rejoins parfaitement Hélène), c'est que la condition des esclave est vue de façon très très idyllique. (Pas de surveillants ? Hum, hum ! Et tout le passage sur la vie en famille, là j'ai doucement rigolé. Dans un tel monde, en fait, les enfants auraient probablement été mis au travail dès qu'ils auraient pu être productifs, par exemple. Ou le fait que les soldats avaient de la "considération" pour les esclaves, heu, là c'est pas réaliste !)

Même si on accepte le fait que le narrateur idéalise a posteriori sa condition, et qu'il a complètement intégré un ordre du monde où il est soumis... J'aurais aimé lire dans ce texte quelques remarques du genre : "Oui, parfois le maître était dur, mais c'était pour notre bien, il punissait les insensés qui voulaient remettre en cause un état de choses si juste, manifestement voulu par les dieux, et tout ça"... Et cela aurait renforcé le texte, à mon avis.

En revanche, j'aime bien là où le narrateur (libéré) se plaint d'avoir trop de responsabilités, et voudrait qu'on le délivre du fardeau de la liberté. Là, on est dans la satire sociale. (Je pense aussi à la fin de Opération Cay, de Lois McMaster Bujold, où les Quaddies qui se sont révoltés et gagné leur liberté ressentent une sorte de vertige en prenant conscience qu'ils et elles seraient désormais respnsables d'eux-mêmes... Et l'acceptent en se disant "on ne va pas reculer maintenant" !)

Verdict : une bonne idée, pas mal écrite, mais qui aurait sans doute gagné à être traitée plus en finesse, avec discernement.

Je pense qu'une bonne partie du problème vient que les gens entendent des choses très différentes quand on utilise le mot "esclave". Et que je comprends la colère d'Hélène devant les réponses du genre "mais on ne parlait pas du tout de la traite des Noirs"... Justement, alors qu'on parle d'esclavage, celui-là ne vient pas à automatiquement à l'esprit, ou bien est mis de côté ! Ce qui voudrait dire qu'aujourd'hui, en France, la question de l'esclavage aux Antilles ne semble pas encore beaucoup toucher la conscience collective...
Un , des . Ça vous dit ?

Avatar de l’utilisateur
Roland Vartogue
Phacochère sacré
Messages : 581
Inscription : 02 Mars 2005, 23:25
Localisation : Longpont-sur-Orge, la cité éternelle
Contact :

Messagepar Roland Vartogue » 02 Juil 2007, 13:39

C'est là que j'ai rencontré mon seigneur et maître. Ce n'était pas par hasard, comme ce n'est pas par hasard si je suis le conteur de cette histoire.

Avatar de l’utilisateur
Nicky
ordre de l'automne
Messages : 180
Inscription : 17 Déc 2005, 20:15

Messagepar Nicky » 02 Juil 2007, 14:42

De la fantasy ? Mais c'est pour les filles...

Avatar de l’utilisateur
IreneDelse
Messages : 37
Inscription : 28 Août 2006, 13:45
Contact :

Messagepar IreneDelse » 02 Juil 2007, 17:33

Un , des . Ça vous dit ?

Avatar de l’utilisateur
Roland Vartogue
Phacochère sacré
Messages : 581
Inscription : 02 Mars 2005, 23:25
Localisation : Longpont-sur-Orge, la cité éternelle
Contact :

Messagepar Roland Vartogue » 03 Juil 2007, 00:49

C'est là que j'ai rencontré mon seigneur et maître. Ce n'était pas par hasard, comme ce n'est pas par hasard si je suis le conteur de cette histoire.

Avatar de l’utilisateur
DiL
Messages : 83
Inscription : 20 Mai 2005, 21:08

Messagepar DiL » 03 Juil 2007, 08:24


Avatar de l’utilisateur
IreneDelse
Messages : 37
Inscription : 28 Août 2006, 13:45
Contact :

Messagepar IreneDelse » 03 Juil 2007, 13:04

Le cas des elfes de maison dans Harry Potter est justement intéressant... car c'est un cas d'esclaves qui sont attachés à leur servitude mais qui ne sont pas vraiment traités de façon bienveillante ! Et les réactions positives ou négatives que suscites à l'intérieur même du roman la campagne d'Hermione pour les "conscientiser" est l'exemple de ce que peut faire la littérature pour enfants sur des sujets politiques complexes du genre de l'esclavage.

Roland (enfin, Nicolas), tu n'a pas envie de discuter plus longtemps, c'est ton droit. De mon côté, je n'ai rien à ajouter à ce que j'ai déjà écrit. Je ne demande pas à ce qu'on y adhère de façon automatique, mais juste qu'on le relise à tête reposée, ainsi que ce que le_navire a posté.
Un , des . Ça vous dit ?

Avatar de l’utilisateur
Krystal
Tyran angélique
Messages : 1377
Inscription : 21 Jan 2005, 23:30
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy et Fantastique
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Krystal » 11 Juil 2007, 23:26

Moi? sadique? peut-être un peu...


Revenir vers « Facettes d'Imaginaire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité