[2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imaginaire

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imaginaire

Messagepar Beorn » 13 Jan 2009, 10:59

Cher Antalgeek, suis-je autorisé, en tant que membre du comité de lecture nouvelle, a te faire un gros poutou pour tes commentaires qui me vont droit au coeur ?

Par ailleurs, en ce qui concerne "Fleur de peau", je tiens à dire que cette nouvelle "de fille" a été soutenue haut et fort par... le seul mâle du comité de lecture, à savoir votre serviteur.


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Antalgeek
Messages : 36
Inscription : 19 Août 2008, 16:29
Localisation : Angers
Contact :

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imaginaire

Messagepar Antalgeek » 13 Jan 2009, 16:18

"Cessez de croire que ce monde est inaltérable !"
Mikhaïl de Saint-Ange

Avatar de l’utilisateur
sarouken
Messages : 29
Inscription : 22 Fév 2009, 18:32

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imaginaire

Messagepar sarouken » 23 Fév 2009, 19:29

La couverture est une vrai réussite autant pour le dessin que pour le choix des couleurs. Seul petit bémol, l'expression facial du personnage me laisse perplexe. Est-il pensif, dubitatif, machiavélique, désabusé ???


Enquête au château des brumes.
Dans un univers de fantasy des plus classiques, un enquêteur attaché au respect stricte de la loi vient s'opposer aux règles habituelles du genre. Un coté sleepy hollow j'ai trouvé, avec son enquêteur rationnel. Si le récit ne réserve guère de surprise, il reste avant tout divertissant, c'était le but principal, non ? Dommage que l'enquêteur fléchie un peu trop vite sur la fin. Par contre, je ne peux pas m'empêcher d'extrapoler cette histoire avec le monde d'aujourd'hui. Remplacer magie par argent, et sorciers par bourgeois, politiques etc, les situations mèneront aux mêmes conclusions. Certains se croient au dessus de toute justice.


A flot et à sang.
Un jeune homme ayant des facultés à communiquer avec un orque est contraint d'exécuter des missions pour l'armée. Une nouvelle malheureusement très décevante qui se limite à une simple problématique vieille comme le monde à savoir: pourquoi les hommes sont-ils aussi méchant ? Là-dessus les réponses de circonstance sont des plus classiques : parce que c'est la nature humaine, ou alors c'est la faute à la société. A cela s'ajoute de nombreux défauts : personnages clichés rien que dans leurs noms capitaine Jonathan Bell, colonel Hermann, amiral Ford, manque plus que le major Carter ou le général Smith. L'intrigue est relativement faible; c'est la navy qui s'occupe des missions qui devrait plutôt concerné la CIA ? Le concept de fidélité chez les orques est à mon goût sous exploité, dommage. Les premières lignes sur la présentation de l'orque ressemblent à une envolée lyrique un peu trop accentuée qui ne colle pas vraiment avec le reste du texte: « sur sa peau satiné glissait l'eau marine, à peine agitée par une houle légère et silencieuse. A travers l'obscurité, il filait à une vitesse prodigieuse, guidé par les faibles halos argentés de la lune. »


La vengeance du dieu-Hêtre.
Un inspecteur obèse et amateur de littérature doit enquêter sur le meurtre d'un journaliste. Celui-ci se rend rapidement compte que la méthodologie du meurtre suit celle trouvée dans un roman imaginaire tendancieux. Une bonne nouvelle surfant sur un ton grinçant rappelant de loin le rêve de fer de Norman Spinrad.


Blonde à forte capacité pulmonaire.
Encore une enquête policière, soit pour le moment trois sur quatre. Dans cette histoire, Kalia, notre blonde travaille comme détective. Un client lui propose d'enquêter sur sa femme qui a disparu. Ayant tout les stéréotypes des blondes, Kalia est une piètre détective ce qui donne un ton léger à la nouvelle. L'intrigue est de moindre importance (pas de révélation fracassante) mais un duo sympathique (elfe, zombie) égaye l'histoire. Par contre, on se demande bien où se trouve l'intérêt que Kalia soit une elfe, cela ne semble pas justifié ; blonde oui, mais elfe non.


Erasmus angeli.
Bélial (déjà, comment peut-on réussir dans la vie avec un nom pareil) est une jeune servante au service de l'archange Raphaël. Malheureusement, le paradis est soumis au plan vigipirate, et Bélial se sent meurtrie depuis que des soldats ont voulu la contraindre à jouer à touche-pipi. Alors, elle devient gothique, se met à écouter Marilyn Manson et quitte la quiétude du foyer familial. Bref, encore une jeunesse gâchée par la violence de la société.


Fleur de peau.
Un petit garçon est amoureux d'une étrange camarade de classe. Une petite histoire très fleur bleue. Personnellement, j'ai bien apprécié sauf la chute que je trouve un peu bancale et un poil trop moraliste.


Le Rebooteux.
Sans doute, l'idée la plus original de l'anthologie. Le rebooteux est la version moderne du rebouteux. Le patricien soigne ses clients en rentrant dans leur subconscient imaginaire. Si l'histoire fonctionne merveilleusement bien pour les contes pour enfants, elle perd par contre de sa force avec les autres histoires trop blockbusterisées (Indiana Jones, Rambo, Zorro, Star wars...). On ne peut pas vraiment dire que ce sont des œuvres hautement psychologique ou traumatisantes.


Du sang sur mes mains, parce que je me souviens.
Deux histoires violentes qui s'entremêlent. D'un coté, un fils qui ne supporte plus son père. De l'autre un malfrat massacrant un policier. Je dois avoué que ce ne fut pas trop ma tasse de thé. La violence en réponse au manque d'amour ? La vengeance, œil pour œil, dent pour dent peut-elle s'imposer dans l'éthique du policier ? Des sentiments contradictoires à la fin du texte, résultat un texte bizarre qui me laisse plutôt dubitatif.


Best-seller.
Henri F(aust) vient de signer un contrat de publication avec un très gros éditeur, autrement dit le diable. Voilà le texte de l'anthologie que j'ai préféré. Même si l'histoire est de bout en bout cousu de fil blanc et vu et revu, le récit est très efficacement mené.


Mime
Un fantôme traque l'esprit d'une personne pour lui ôter tout désirs de vivre tel un vampire psychique. Une sorte de version moderne du Horla de Maupassant, le narrateur étant cette fois-ci l'agresseur plutôt que la victime. Bien que m'ayant été présenté comme la meilleur nouvelle du recueil, je dois dire que j'en suis sorti plutôt déçu. Certes, il y a du style et le récit est prenant, mais les répliques trop cru du fantôme à base de : ferme-là, ta gueule, bordel, cassez-vous, (mots à portés présidentiel de nos jours) réduisent la portée de l'ambiance malsaine dégagé.


Le dernier oracle
Tiens, un texte de sf dans le lot. Deux chercheurs, un homme et une femme ont trouvé un moyen de regarder l'avenir. Ils tentent de le changer. Cette histoire m'a fait penser à deux films: Le début, pour la conversation/drague avec la fille m'a rappelé la première scène de La mouche de Cronenberg et à l'effet papillon pour la suite. Alors, la théorie du chaos, c'est bien joli, mais rien ne prouve qu'elle s'applique au temps (je ne parle pas de la météo là). On peut très bien supposé qu'un évènement minime n'engendre aucune conséquence. Si je voyage dans le temps et que je me fais une omelette d'œufs de dinosaures, est ce que ça supprimera les matchs de foot à la télé ? Rien n'est moins sûr. Donc, je trouve dommage que les personnages n'ont pas un peu plus de recul avant de foncer têtes baissés dans leurs expériences.


Le Syndrome de Talos
Deirdre est une jeune magicienne qui se la joue détective. Un meurtre au cours d'une réception, et la voilà qui mène l'enquête. J'ai eu un peu de mal avec cette nouvelle. A quoi peut-on raccrocher cet univers, c'est du Agatha Christie au pays de Sissi remplit de fantasy ? D'où vient ces noms, ce monde, ces légendes ? Autrement, cela reste agréable à lire. J'ai aussi buté sur quelques mots de vocabulaire, mais c'est surtout dû au fait que je ne suis pas un lecteur de fantasy.


Je passe les deux derniers petits textes qui ne sont là que pour illustrer la raison d'être de la maison d'édition.


Conclusion: Comme dans toute anthologie ou recueil de nouvelles, (sauf rare cas) le niveau de qualité oscille selon les textes. Bien que possédant nombres de défauts, ce solstice s'en sort honorablement. Pour ma part, j'aspire qu'il ne soit qu'une étape dans une progression ascendante.
_________________

babala
Messages : 23
Inscription : 10 Mai 2011, 08:45
Livre préféré chez Mille Saisons : La Vampire
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imagin

Messagepar babala » 11 Mai 2011, 06:04

les anges sont devenus bourreaux!
j'adore cet sujet!Le sujet est nouveau et original.

lumiere
Messages : 23
Inscription : 22 Juin 2011, 06:00

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imagin

Messagepar lumiere » 30 Juin 2011, 07:05

La couverture est magnifique ! :heart:

Avatar de l’utilisateur
Trinitrotoluène
ordre de l'automne
Messages : 190
Inscription : 27 Fév 2009, 10:51

Re: [2008, anthologie] Solstice, Volume 2 : Crimes en Imagin

Messagepar Trinitrotoluène » 09 Juil 2011, 20:08




Revenir vers « Crimes en Imaginaire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité