Comment vivez-vous une re-soumission?

Vous avez envie de tout savoir sur nous ? Ca tombe bien nous on a envie de tout vous dire !
Avatar de l’utilisateur
Tsumïre
ordre de l'automne
Messages : 172
Inscription : 03 Jan 2008, 10:00
Contact :

Comment vivez-vous une re-soumission?

Messagepar Tsumïre » 02 Mai 2008, 20:31


Avatar de l’utilisateur
enger
Petit troll
Messages : 264
Inscription : 11 Avr 2007, 19:44
Localisation : De derrière sa masse ou objet assimilé.
Contact :

Messagepar enger » 02 Mai 2008, 23:47

Je pense que les maisons d'édition gardent à jour un fichier des auteurs et des romans refusés.
Quand à leur réaction ?... Je l'imagine négative.
Mais d'autres que moi, ici, sont mieux placés que moi pour te répondre et te donner peut être un peu plus d'espoir.
De la folie jaillit la lumière et le rêve.

Avatar de l’utilisateur
Krystal
Tyran angélique
Messages : 1377
Inscription : 21 Jan 2005, 23:30
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy et Fantastique
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar Krystal » 03 Mai 2008, 09:47

On accepte les re soumissions mais il faut que le roman soit vraiment retravaillé.
Moi? sadique? peut-être un peu...

Avatar de l’utilisateur
Tsumïre
ordre de l'automne
Messages : 172
Inscription : 03 Jan 2008, 10:00
Contact :

Messagepar Tsumïre » 03 Mai 2008, 09:55

Hum... donc, il y a un à-priori. C'est normal.

Je vous remercie tous les deux.

Dans le cas d'une re-soumission, serait-il judicieux de mettre en avant les corrections effectuées dans une lettre jointe? Ou cela n'importe peu dans le sens où vous le découvrirez bien à la lecture... C'est surtout que je suis intriguée par la manière à laquelle vous abordez un tapuscrit.

D'accord. Pour enger, je n'ai pas encore soumis mon tapuscrit - à aucune maison d'édition d'ailleurs. Je me renseigne avant d'agir pour essayer de faire au mieux. Comme je me penche sur la question, je préfère prévoir les refus en avance.

Merci encore.

Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 03 Mai 2008, 10:52

Je pense qu'il faut surtout dire dans la lettre re-soumission après moult corrections, non ?

Avatar de l’utilisateur
Tsumïre
ordre de l'automne
Messages : 172
Inscription : 03 Jan 2008, 10:00
Contact :

Messagepar Tsumïre » 19 Mai 2008, 14:23

Je pense que c'est plus judicieux.

*long soupir*
Le monde de l'édition est une vraie jungle...

Merci encore pour vos réponses.

Avatar de l’utilisateur
Cian
Tapis en sursis
Messages : 774
Inscription : 14 Fév 2006, 00:23
Localisation : Aquitaine (Bordeaux)
Contact :

Re: Comment vivez-vous une re-soumission?

Messagepar Cian » 18 Juil 2009, 20:07

Personnellement je ne peux même pas imaginer de soumettre une seconde fois roman à un éditeur qui l'a refusé. Normalement, s'il a envie, il a motivé son refus et à partir de là, tu dois bien savoir si tu as la moindre chance de le séduire. Honnêtement, ce n'est pas en corrigeant tes fautes (qui auraient dû l'être dès la première soumission) ou en effectuant quelques retouches de chirurgie plastique qui vont l'impression que ton éditeur/lecteur a de ton histoire et de ton style.
S'il fonctionne comme Stéphanie Marsan (Bragelonne) - et je ne fais que le citer - il va agir en fonction d'un éventuel coup de cœur, et tant pis si le roman est bien écrit/construit. S'il s'ennuie en le lisant,n'y a rien à espérer et aucune réécriture n'y changera rien.


Cian, tigre patient
Un songe, sinon rien
http://adulon.e-monsite.com/

Avatar de l’utilisateur
ele
Messages : 51
Inscription : 25 Juin 2009, 12:12
Localisation : Eure-et-Loir (28), limite Yvelines (78)
Contact :

Re: Comment vivez-vous une re-soumission?

Messagepar ele » 19 Juil 2009, 16:49

Comment vivez-vous une re-soumission?

Bien si elle est explicitement demandée par l'éditeur ; parce qu'elle prouve son intérêt pour le manuscrit.

S'il n'y a pas de demande explicite, je ne soumets pas de nouveau.
Et comme je n'ai jamais croisé de demande explicite, je n'ai jamais soumis de nouveau :)

--
EDIT : oops ! je m'aperçois que ça m'est arrivé une fois (récemment) et d'une manière différente de celle décrite ci-dessus... Oubli révélateur ! J'ai soumis aux Editions Héloïse d'Ormesson une première fois (refus un an plus tard), puis une seconde à la lumière d'une certaine actualité* (refus avec fiche de lecture jointe), puis une troisième sur demande de leur part en réaction à mes articles Facebook (entre leurs mains depuis un mois ou deux, sais plus exactement).

*cf. un fil nommé "A quand le fantastique ?"
Aucun ordre n’est établi, il dépend du tri.
[Décision du 19/07/09 : je ne réponds pas aux anonymes qui le sont jusque sur leurs sites]

Avatar de l’utilisateur
ereneril
Calembourbeur
Messages : 710
Inscription : 24 Oct 2005, 15:04
Livre préféré chez Mille Saisons : Les Perles d'Allaya
Localisation : Ambassade lilloise du Dentikistan
Contact :

Re: Comment vivez-vous une re-soumission?

Messagepar ereneril » 21 Juil 2009, 11:35

Je pense que ça doit surtout dépendre de la raison du refus initial :

Si l'auteur a reçu une lettre type sans explications, il ne sait pas quoi améliorer. A mon avis, une resoumission est condamnée.

Maintenant si l'éditeur a justifié son refus, tout va dépendre des raisons.

Si le soucis est au niveau du fond, ce n'est pas la peine de resoumettre. Comme le dit le Tigre qui cite S. Marsan, si l'éditeur n'a pas accroché à l'histoire, ça ne passera probablement pas. Au niveau du fond, il y a certaines choses qui peuvent quand même être améliorés. Par exemple, la caractérisation des personnages, certaines intrigues secondaires à developper...
Si l'éditeur à dit un "Non, mais" en pointant ce type d'élément, il y a une chance que ça masse mais ça demande du gros boulot.

Si ce qui cloche, c'est la forme, c'est un peu pareil : si le niveau de français est trop faible, il est peu probable de pouvoir s'améliorer assez en 1 coup. Il vaut mieux continuer d'écrire pour progresser. Dans ce cas, quand l'auteur aura le niveau, lui-même réalisera que son premier roman était une bouse infame. Il n'aura pas envie de le reprendre. Dans le meilleur des cas, si l'histoire lui tient à coeur, il vaut mieux tout réécrire.

Enfin, que faire si le texte est un peu faible parce que plombé par des adverbes surnuméraire, des lourdeurs pénibles, etc. Là, on peut faire quelque chose. Avec un bon travail de correction, il y a une chance que ça passe mais une nouvelle fois, ce ne sera que si l'édieur a répondu "Non, mais"

En conclusion :

Si l'éditeur a dit Non mais a modéré sa réponse en pointant plein de positif, il y a une petite chance que, en travaillant dur sur les points négatifs, il remonte son appréciation et passe en "Oui"

Maintenant, ce sera au prix d'un travail très important. Aussi important que d'écrire un nouveau roman en partant de 0... Est-ce que ça en vaut le coup ? Peut-être à chacun de juger.

Par contre, si l'éditeur à dit Non mais n'a pas étayé ou n'a pas laissé la porte ouverte, ça ne sert à rien de s'acharner...
Les dés ont fini de rouler...


Revenir vers « MS, cet inconnu ! »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités