La fantasy serait-elle condamnée ?

Avatar de l’utilisateur
Kulhwch
Messages : 16
Inscription : 06 Août 2009, 17:23

La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Kulhwch » 18 Août 2009, 15:21

Bonjour à toutes et à tous,

un sujet avec un titre évidemment provocateur suite à un intolérable doute qui m'assaille après avoir parcouru plus ou moins bien ce forum.

Comme tout le monde le sait, les Éditions Mille Saisons et leurs Princesses consacrent leur temps, leur énergie et bien plus encore à la publication de livres de fantasy mais aussi de fantastique.
Concernant la fantasy, apparemment, il n'y a absolument aucun problème puisque de multiples manuscrits arrivent tous les jours dans l'électronique boite aux lettres trop petite de la maison. Avec au final des publications d'œuvres fantasy et une conclusion plus qu'erronée : "Ah bon !? Vous publiez aussi du fantastique ? Non, sérieux ?"
Car, en effet, côté fantastique, cela semble beaucoup plus difficile. Pas de proposition digne de ce nom, pas d'étincelle, pas de boule au ventre qui amèneront les déesses du lieu au septième ciel avec la limpide et tant souhaitée récompense : "Ça y est ma toute belle, ne soit plus si hystérique ! Tu peux sortir les cornes d'hydromel car enfin nous tenons notre premier roman fantastique !"


D'où la terrible conclusion que voilà : un auteur qui propose un manuscrit de fantasy n'est-il pas par avance condamné ?
Que ce soit pour Mille Saisons ou pour d'autres éditeurs, ce style semble avoir plus que la côte à l'heure actuelle. Pour quelles raisons philosophiques, sociologiques ou psychologiques, peu importe. Le fait est là : la fantasy semble faire plus que l'unanimité.
Phénomène qui engendre ses propres perversions : vu le nombre de propositions dans le genre fantasy, on se retrouve indéniablement à moins vibrer.
Le jour où Tolkien a sorti Bilbo le Hobbit puis le Seigneur des Anneaux, le style "fantasy" n'était pas encore à son apogée. Il lui était donc certainement plus facile de passer entre les mailles du filet des terribles et lapidaires comités de lecture - je provoque bien sûr :wink: - qu'à l'heure actuelle.

Car, aujourd'hui, que se passe-t-il - je m'adresse justement particulièrement ici à ceux qui doivent "se farcir" les dits manuscrits : lorsqu'arrive une œuvre fantasy, n'y a-t-il pas un réflexe, même inconscient, qui vous fait dire : "Hé allez ! Encore un truc avec des trolls affamés, des pétaures alcooliques et un chevalier à l'inaccessible quête. Et en plus son canasson est boiteux !"
Et finalement, on(vous) attache(z) moins d'attention à la chose.

L'auteur de fantasy devra donc sortir une idée extraordinaire, la ficeler de la plus belle des manières et nuire au doux repos des lecteurs qui ne pourront fermer l'ouvrage qu'après le mot fin. Evidemment, c'est ce que nous souhaitons tous écrire ou lire. Faire de l'extraordinaire. Mais dans le cas présent, ne sommes-nous pas condamnés à faire de l'extraordinaire d'extraordinaire ?

Alors évidemment, le noble trouvère qui parviendra à pondre un parchemin comme nul autre pareil sera bien sûr publié, et par avance félicitations à lui. Mais la frénésie autour de ce genre littéraire ne pose-t-elle pas des obstacles bien trop imposants ?

L'auteur un peu calculateur ne sera-t-il pas tenté de dévier certains écrits pour leur donner une tendance plus fantastique que fantasy histoire de justement tenter d'appâter l'éditeur ?

D'un point de vue tout personnel - et je pense que c'est le cas pour la majorité - lorsqu'une idée me tombe dessus comme la pomme sur le crâne de Newton, je ne la contorsionne pas dans tous les sens pour lui attribuer un genre qui me convient.
C'est l'idée qui appellera en quelque sorte le style et surtout le genre de l'écrit.
Je ne veux pas faire de fantasy pour faire de la fantasy. C'est une idée particulière qui fera venir à elle tel ou tel genre d'écrit.
Et pour certaines idées, c'est uniquement le côté fantasy qui me permettra de ne pas m'engluer dans des choses inutiles ou qui me donnera toute la latitude pour décrire certains phénomènes. En quelque sorte, une idée farfelue mais adorable qui, pour qu'elle marque plus les esprits, est plus simple dans un cadre fantasy. (En réalité, après des semaines de réflexion, je ne peux pas l'insérer dans un autre contexte. Même si au final l'intention est évidemment de toucher chacun dans sa manière de voir, sentir, ressentir.)

Alors, je cogite trop ou bien ?

Avatar de l’utilisateur
Oliv
Polémiqueur
Messages : 1473
Inscription : 08 Mars 2005, 16:44
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Autres
Localisation : Bien profond
Contact :

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Oliv » 18 Août 2009, 16:06

À l'Affreux Oliv (Mars 2005-Février 2010), la Patrie pas reconnaissante.

Si vous me cherchez, je ne suis plus ici.

Avatar de l’utilisateur
Epistolier
ordre de l'automne
Messages : 193
Inscription : 21 Juin 2005, 14:46

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Epistolier » 18 Août 2009, 16:29

Chouette !

Rien de mieux qu'un nouveau pour relancer les débats :cheers:


En SF, je vois souvent réapparaitre l'idée comme quoi toutes les idées ont déjà été prises, que nous sommes condamnés à des redites, des variantes plus ou moins brillantes. Ici, j'ai l'impression que la question est la même.


Ce que je retiens de c'est débats qui font bouger le fandom aussi surement que les fêtes de Noël tous les ans :

1) 80 % de la littérature a toujours été que pâle copie insipide de grands maitres. C'est seulement que l'histoire n'a retenu que la crème. La littérature alimentaire, écrite seulement pour pouvoir manger, cela existe, des mauvaises langues vont dire que certains ne font que ça. Donc pas de honte à avoir à publier du déjà vu.

2) Un genre vit, les idées se construisent d'après les œuvres précédentes. Mais on ne va pas moins vibrer parce que ça a déjà été fait. Il y a certes des péripéties, mais la littérature c'est quand même bien plus qu'un scénario, et c'est le tout qui fait vibrer. Pas besoin d'être au-dessus de J. R. R. Tolkien pour faire vibrer autant que le Seigneur des Anneaux, d'ailleurs il y a des oeuvres du genre qui me font plus vibrer que le Seigneur des Anneaux.

3) Le genre évolue, un roman aujourd'hui ne ressemble pas à un roman d'hier, et a fortiori à celui de demain.




Oliv', l'étouffement du marché de la fantasy, ça fait des années qu'on en parle. Certes certaines maisons sont parties. Mais d'autres arrivent encore aujourd'hui. Et quand tu regardes le rythme de parution de Bragelonne (avec son label Milady), on n'a pas l'impression que cela s'essouffle. Or cet éditeur est celui qui a bien participé à l'épopée du genre, on peut dire ce qu'on veut, ils ont quand même du savoir faire.

Oliv', c'est juste une impression ou tu as des chiffres, une petite étude personnelle (ou publique) à nous communiquer ? J'ai raté un sujet sur ce forum, ailleurs ?
Arthur C. Clarke nous a quitté :(

Avatar de l’utilisateur
Kulhwch
Messages : 16
Inscription : 06 Août 2009, 17:23

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Kulhwch » 18 Août 2009, 16:40


Avatar de l’utilisateur
Oliv
Polémiqueur
Messages : 1473
Inscription : 08 Mars 2005, 16:44
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Autres
Localisation : Bien profond
Contact :

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Oliv » 18 Août 2009, 16:43

À l'Affreux Oliv (Mars 2005-Février 2010), la Patrie pas reconnaissante.

Si vous me cherchez, je ne suis plus ici.

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
ordre de l'automne
Messages : 139
Inscription : 20 Juil 2009, 15:04
Livre préféré chez Mille Saisons : La Fortune de l'Orbiviate
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy, Fantastique et SF
Contact :

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Selsynn » 18 Août 2009, 16:46

Relançons les débats, relançons-en...

Tout d'abord J'aimerais juste faire une constatation, le genre de la fantasy, à proprement parlé à pour moi moins d'un siècle. Le genre du fantastique, lui a plus d'un siècle car je considère Maupassant comme l'un de ses auteurs.
Pour la fantasy je ne vois pas d'œuvre du XIX qui y correspondent.

C'est aussi vrai que la frontière entre ces deux genres est bien fragile...

Mais un point essentiel pour lequel je ne vois personne écrire : pour une partie de la population (dont j'arbore fièrement les couleurs) ce n'est pas que l'idée soit nouvelle qui nous intéresse, c'est un peu de rêve dans notre monde ultra-industrialisé, où on tue à tour de bras la nature autour de nous.

Et le rêve, je pense est l'ingrédient qui est le plus personnel. Tu reprends les idées d'un auteur, oki, mais c'est vraiment la patte de l'histoire qui va produire l'étrange alchimie que de faire rêver le lecteur.

Le genre, pour moi, est loin de définir une histoire. Et il est aussi, par là-même loin de la condamner...
Selsynn...
Rêveuse à temps plein !

Avatar de l’utilisateur
Epistolier
ordre de l'automne
Messages : 193
Inscription : 21 Juin 2005, 14:46

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Epistolier » 18 Août 2009, 16:57

Il faudrait que je fasse un petit tour sur Noosfere pour faire quelques comptes (je ne veux pas forcément une étude de marché, qui n'est pas souvent publique, mais compter le nombre de parution dans chaque genre ne doit pas être si compliqué). Mais j'ai l'impression que Brage a plutôt rajouter le fantastique à son arc. C'est sûr qu'en proportion, cela fait baisser la production de fantasy. Mais ce qui compte, c'est encore le nombre de bouquins. Et sans avoir compté, je ne crois pas que le nombre de sorties en fantasy baisse.


Que les vampires fleur bleues (ou pas) soient aussi un genre qui fonctionne, je ne le nie pas. Ce que je conteste c'est l'amour des vampires se fait au détriment de la fantasy. S'il y a plus des livres produits que l'année dernière, c'est peut-être que certains commerciaux jugent que tout le public n'a pas encore été capté.

J'interprète le mouvement de Bragelonne comme une manœuvre de capture d'un autre public.
Arthur C. Clarke nous a quitté :(

Avatar de l’utilisateur
Kulhwch
Messages : 16
Inscription : 06 Août 2009, 17:23

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Kulhwch » 18 Août 2009, 17:03


Avatar de l’utilisateur
Violaine
Messages : 71
Inscription : 18 Avr 2005, 16:46
Localisation : Seine et Marne
Contact :

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Violaine » 19 Août 2009, 14:53


Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Beorn » 19 Août 2009, 21:45


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Sand
membre d'honneur
Messages : 983
Inscription : 06 Déc 2005, 16:26
Localisation : Paris
Contact :

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Sand » 19 Août 2009, 22:47

Lisez la fille du roi des elfes, et on reparle sérieusement.

Ce bouquin est une référence, et je comprends pourquoi.

Avatar de l’utilisateur
Marcel&Co
ordre de l'automne
Messages : 184
Inscription : 07 Sep 2007, 12:17

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Marcel&Co » 20 Août 2009, 09:30


Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Beorn » 20 Août 2009, 09:34


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Kulhwch
Messages : 16
Inscription : 06 Août 2009, 17:23

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Kulhwch » 20 Août 2009, 11:40


Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Beorn » 20 Août 2009, 11:57


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Kulhwch
Messages : 16
Inscription : 06 Août 2009, 17:23

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Kulhwch » 20 Août 2009, 12:14


Avatar de l’utilisateur
Balken
Messages : 114
Inscription : 16 Juil 2009, 21:51

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Balken » 20 Août 2009, 14:14

Ce débat a déjà eu lieu mille fois, mais j'assume.

Ce n'est pas, je crois, une question de snobisme des auteurs français. Simplement la fantasy pour adulte est un marché de niche. Partant de là pour qu'un généraliste s'y intéresse il faut qu'il espère un retour sur investissement. Donc récupère ce qui a déjà été testé ailleurs. Et a cartonné. Hors un auteur français, comme les gros éditeurs nationaux ne prennent pas ce risque, ben il sera testé par personne. Pour moi ce n'est pas une question de snobisme vis à vis des auteurs mais vis à vis du genre. Seulement peut on leur reprocher de ne pas chercher plus loin, là où le public a la même réaction ("la fantasy ? un truc de rôliste qui veut pas grandir"). Il sont pas sensés se faire les chevaliers blanc de ce type de littérature, ils ont une entreprise à faire tourner.

Vous me direz, montrer qu'un roman peut valoir la peine d'être repris dans le grand bain,c'est la chance offerte par les maisons d'édition type MS : oui, mais ça reste plutôt confidentiel, comparé à l'échelle des grandes maisons. Et un succès pour MS ne vaudra pas grande chose pour Flammarion, je suis pas persuadé que ça aide franchement.

Après, l'édition j'y connais pas grand chose (euphémisme) alors ce n'est qu'un avis comme ça.

Pour l'idée "moi du moment que le roman est bon..." je ne suis pas d'accord. J'assume y a des genre qui me gonflent, bon roman ou pas whistle

Après, c'est pas le roman qui compte, c'est le romancier :wink:

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Beorn » 25 Août 2009, 09:44


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !

Avatar de l’utilisateur
Curwen
Lutin curieux
Messages : 258
Inscription : 01 Mai 2007, 20:49

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Curwen » 25 Août 2009, 13:04

Oh, le snobisme existe peut-être mais ce n'est qu'une incidence. S'ils savent que le travail de rabattage des livres qui se vendent bien est déjà fait par les éditeurs anglo-saxons, pourquoi est-ce qu'ils iraient se prendre la tête à faire tourner un comité de lecture et a corriger des romans français à grands frais ?
Pour les livres de fantasy en anglais, il faut payer un traducteur d'accord, mais le retour sur investissement est beaucoup plus sûr.

Ça ne me parait pas si mystérieux. :-?
Lilith, grande Lilith, regarde le Marié

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Peluche de choc
Messages : 1127
Inscription : 04 Nov 2006, 22:29
Localisation : aimanté sur le frigo

Re: La fantasy serait-elle condamnée ?

Messagepar Beorn » 25 Août 2009, 13:52


T1 "La perle et l'enfant" (Mnémos) en librairie le 23 septembre !


Revenir vers « Un peu de culture... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité