Erotisme

Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 15 Déc 2007, 19:17

Je préviens, ce sont des notes, alors à vous de reconstituer...
En vrac :

Japon et Inde
Estampes japonaises + Kama Soutra = l'image que l'on se faisait de la sexualité orientale.
Les plus grands maîtres japonais comme Harunobu, Kunisada, Utamaro, Tachikawa, Masanobu, Koryusai, Kiyonaga, Shunsho, Hokusai, Utagawa, Kuniyoshi, Buncho, Sukenobu... et quinze autres encore, ont produit ces fameuses estampes.
Le Kama Soutra = classique hindou de l'art d'aimer, considéré comme l'un des dix "ouvrages classiques de sagesse " indispensable à l'éducation des lettrés indiens.

La première édition de " l'érotique du Japon ", un recueil d'estampes, de Théo Lésoualc'h, publié en 1968 par Jean Jacques Pauvert fut retiré de la vente et abondamment " gouaché " et "caviardé " pour cause de censure. Ce qui n'empêchait nullement les mêmes censeurs d'apprécier les ballets bleus et roses.
Ces ouvrages, quelque peu sulfureux étaient achetés chez les bouquinistes, à prix d'or et soigneusement rangés en haut des bibliothèques bourgeoises, dans le fameux "cinquième rayon", hors de portée des mains innocentes.

Chine
La tradition littéraire chinoise classique ou populaire d'avant les multiples interdits liés aux diverses périodes répressives caractérisant la période contemporaine, de 1644 à nos jours, ne pouvait se concevoir sans sexualité, donc érotisme. Sujet jugé essentiel à tout équilibre humain. Ce que l'on qualifie donc aujourd'hui de littérature érotique est donc simplement de la littérature.
Canon des Poèmes (Shi Jing), grand classique de la Chine antique, relate de multiples odes poétiques et érotiques. Métaphores difficiles pour un non-initié et encore plus pour les occidentaux donc très difficilement traduisibles. Exemple : le huitième chant du septième livre :
Le jour pointe, levez-vous seigneur et voyez si la nuit touche à son terme couvrant l'herbe de rosée. Courez bravement et décochez votre flèche. Si elle atteint le canard je vous l'assaisonnerai convenablement et nous boirons ensemble. Voici deux luth, kin et Che, tout respire la paix et la concorde. Quand je connaîtrai ceux dont vous cherchez l'amitié, si vous le souhaitez, je leur donnerai les pierres de prix suspendues à ma ceinture...
Dans le même ouvrage : " Mon seigneur est content, de la main gauche il tient sa flûte et de la droite il me fait signe pour que je l'invite dans ma petite maison.. Oh quelle joie ! "
On se doute rapidement que cela dissimule autre chose qu'une simple scène de retrouvailles platoniques. Il s'agit donc d'une grande tradition poétique et littéraire qui n'avait aucune raison de ne pas se transmettre au cours des siècles. De cette tradition proviennent les romans intimistes et les romans épiques les plus connus et les plus réputés qui, naturellement, étaient émaillés de scènes érotiques et de multiples conseils sur l' "Art de la chambre à coucher".
le fabuleux roman épique et picaresque "Shui Hu Zhuan" "Au bord de l'eau", traduit par Jacques Dars et publié à la Pléiade, qui contient, de nombreuses scènes érotiques et de multiples conseils sur l'art de la chambre à coucher. Tous ces romans, dans leurs éditions originales ou tardives étaient émaillés de planches illustrant le propos. Le qualificatif de roman érotique ou, à plus forte raison, de roman pornographique ne s'impose donc que d'un point de vue occidental quelque peu puritain.

Grèce.

La Bible : Le cantique des cantiques : l’un des plus beaux textes érotiques. => ironie quant à la censure.

Au XIIe siècle apparaît l'Amour courtois.
L'Europe est dominée par les interdits du christianisme, troubadours, chevaliers et poètes font l'éloge de la femme et évoquent parfois avec une pudeur extrême la sexualité. Tournant lors des deux siècles suivants : les textes basculent dans l'humour.
Sous la Renaissance, la littérature érotique est considérée comme immorale, subversive et représente une transgression. Elle circule tout de même de façon illégale avant de prendre un nouvel essor à l'ère du libertinage où l'on reconnaît son aspect bénéfique. Diderot écrit ainsi 'Les Bijoux indiscrets' (1748) et s'oppose à l'Église en réconciliant l'âme et le corps. Séduction, psychologie (avant l'heure), sexe et amour font alors l'objet de grands romans tel que 'Les Liaisons dangereuses' de Choderlos de Laclos.
Figure marquante : Marquis de Sade. Femme comme un simple jouet sexuel à mépriser ('Justine ou les Malheurs de la vertu', 1797). Effroi / rire / dégoût. Il explore toutes les formes de sexualité les plus extrêmes (Cent Vingt Journées de Sodome).
XIXe siècle, la sexualité oscille entre fascination et répulsion avant d'être à nouveau libérée au XXe avec l'apparition de la psychanalyse.

La grivoiserie — Rabelais

Encart XIX
(cf. Parinet, chapitre sur les livres sous surveillance)

Vente directe => envois ciblés pour les « Amateurs de facéties »
1881 : loi liberté d’expression. Presse légère s’affiche, la sexualité est au cœur d’ouvrages très divers. La littérature fait écho aux problèmes de société (morale sexuelle, le divorce, la prostitution, la syphilis…)
Production 1890ies = Production 1840ies x 13
Mais pression religieuse et procès pour outrage aux bonnes mœurs. Caricature Anastasie. Semi clandestinité.
Les Éditeurs vont jusqu’à l’autocensure pour éviter les procès. La Belgique devient un refuge pour les auteurs et éditeurs de littérature érotique.
La littérature érotique est un marché lucratif, qui permet d’éviter la faillite de certains éditeurs, mais c’est une littérature « encombrante ».
XIX-XX : la condamnation des romans érotiques et pornographiques est une constante.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous avons successivement connu la naissance du mythe du "Grand Amour", la publication du rapport Kinsey [Le comportement sexuel de l'Homme (1948), et Le comportement sexuel de la femme (1953). Ces publications ont provoqué un scandale à l'époque en révélant la grande fréquence de la masturbation, des rapports sexuels pré conjugaux et des expériences homosexuelles dans la population générale], le féminisme et l'épidémie du sida. Tous ces événements ont bien sûr eu des répercussions sur notre manière de penser la sexualité et sur la littérature érotique.

1946 : évolution des mœurs, combativité de quelques éditeurs = changement de statut de la littérature érotique auprès des intellectuels. Exploitation de la littérature sulfureuse américaine.
1949 : loi protection jeunesse = tout un tas de mesures comme dépôt préalable, Police Judiciaire peut saisir les publications indûment exposées. Pas d’affiches, pas de pub.
Loi ôte toute chance au livre de trouver son public adulte.
JJ PAUVERT est le plus acharné à dénoncer cette forme de censure et à revendiquer la liberté absolue dans la publication.
Il fonde les éditions Palimurge. Puis publie sous son propre nom Sade (= procès) Histoire d’O (= procès) Il écrit aussi l’anthologie historique des lectures érotiques en 1979 qui devient une référence. Il fait redécouvrir des auteurs érotiques. Son catalogue n’est qu’une manifestation de son esprit libertaire.
Mouvement de balancier permanent entre la libération et l'oppression sexuelle et qu'aujourd'hui n'est que la énième expression d'un genre qui existe malgré tout depuis des siècles.
[ANECDOTE Histoire d'un baiseur contemporain – MA
Les trois volumes composant l'Histoire de Boris parurent clandestinement entre 1949 et 1951 à Strasbourg, devenus introuvables, surtout les deux derniers, inconnus de Pia et d'Alexandrian. Écrits soit par les libraires eux-mêmes, soit par des amis = fraîcheur et de enthousiasme érotique (parfois un peu gauche) de ce petit groupe. Cette suite est représentative de l'érotisme français clandestin de la fin des années 40.]

Aujourd’hui, n'est plus limitée aux romans.
Certaines maisons d'édition se dotent de rubriques "sexe".
deux attitudes possibles : se spécialiser clairement dans ce domaine ou, proposer quelques ouvrages quelque peu olé olé.
D'une part, apparition d'un florilège de guides pratiques. aspects humoristiques, voire artistiques sans occulter ni mettre sur un piédestal la sexualité, conseiller, divertir et sublimer la beauté de la sexualité.
D'autre part, certaines maisons d'édition revendiquent leur littérature érotique et provocante : éditions Blanche, maison (Serial Fucker, journal d'un barebacker d'Erik Rémès). la Musardine : la ligne éditoriale = érotisme très sexuel à pornographie extrême + guide humoristiques.

S'immisce dans la littérature générale : invasion du sexe, omniprésent : dans la publicité avec le concept de porno chic notamment, films, etc. “Le sexe a longtemps été tabou, il est aujourd'hui obsessionnel.” (1) Les auteurs actuels s'avèrent facilement portés sur la chose et ils hésitent de moins en moins à faire partager au lecteur les détails les plus intimes. La censure subie par Henry Miller il y a quelques décennies (2) n'est plus ! Il suffit de voir les succès d'ouvrages tels que 'Baise-moi' de Virginie Despentes, 'La Vie sexuelle de Catherine M.' et les nombreux romans de Michel Houellebecq.

le sexe a-t-il du sens ? Ou n'est-il qu'un nouveau moyen de faire vendre ?
Livre hebdo => Robbe-Grillet
Porno trash / humour décomplexant / mauvaise qualité ? / censure des regards et de l’éducation.

Peu importe que la littérature parle ouvertement ou implicitement de sexe, qu'on y consacre un paragraphe, un chapitre ou un roman : ce n'est pas la taille qui compte, mais ce qu'on en fait.

(1) Fabienne Casta-Rosaz (2004), Histoire de la sexualité en Occident, éditions la Martinière.
(2) Tropique du Cancer a été interdit pendant vingt-sept ans après sa première publication en 1961.

Sources : Jonathan Journiac Evene.fr - Janvier 2007
Le tao de l’extase
E.Parinet une histoire de l’édition à l’époque contemporaine
livre hebdo
la Bible

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Muse corsetée
Messages : 1263
Inscription : 20 Fév 2006, 14:40
Localisation : L'Hermitain
Contact :

Messagepar Roanne » 15 Déc 2007, 22:44

Intéressantes ces notes ! On voit bien l'évolution et je suis bien d'accord avec la phrase de Fabienne Casta-Rosaz !
Il suffit de voir les comportements sur Internet...
Mine de rien, je commence à m'interroger sur ma propre approche de la chose. :shock: Enfin au moins je n'en fais pas un tabou ! :twisted:
* *
* *

Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 17 Déc 2007, 12:27

Tant que ce n'est pas de l'étalage de viande et que ce n'est pas du cul pour le cul, tu as ma bénédiction ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
le_navire
Corsaire perverse
Messages : 611
Inscription : 11 Août 2006, 16:00
Localisation : Cévennes
Contact :

Messagepar le_navire » 17 Déc 2007, 13:54

Pendant qu'on est sur le sujet :


Avatar de l’utilisateur
Roanne
Muse corsetée
Messages : 1263
Inscription : 20 Fév 2006, 14:40
Localisation : L'Hermitain
Contact :

Messagepar Roanne » 17 Déc 2007, 15:22

* *
* *

Avatar de l’utilisateur
yoghsottoth
Spaghettis
Messages : 788
Inscription : 02 Fév 2006, 15:41
Localisation : bordeaux
Contact :

Messagepar yoghsottoth » 20 Déc 2007, 14:38

le cul pour le cul c'est bien aussi non?
Moi je dis qu'en cette belle fin d'année, on élimine l'image de cucuterie de 5S! whistle
to walk the infernals fields

Avatar de l’utilisateur
Luxy
Dame lumière
Messages : 1133
Inscription : 15 Juin 2005, 14:00
Localisation : Région parisienne oO
Contact :

Messagepar Luxy » 20 Déc 2007, 14:45

fallait le dire tout de suite , Yog, que tu voulais pour noël une cravache et des menottes... :lol:


Avatar de l’utilisateur
Max Katarn
Fatal $
Messages : 278
Inscription : 26 Juil 2006, 11:30
Localisation : Contre sa petite Lune
Contact :

Messagepar Max Katarn » 20 Déc 2007, 14:48


Avatar de l’utilisateur
Luxy
Dame lumière
Messages : 1133
Inscription : 15 Juin 2005, 14:00
Localisation : Région parisienne oO
Contact :

Messagepar Luxy » 20 Déc 2007, 14:51



Avatar de l’utilisateur
yoghsottoth
Spaghettis
Messages : 788
Inscription : 02 Fév 2006, 15:41
Localisation : bordeaux
Contact :

Messagepar yoghsottoth » 20 Déc 2007, 15:15

to walk the infernals fields

Avatar de l’utilisateur
Max Katarn
Fatal $
Messages : 278
Inscription : 26 Juil 2006, 11:30
Localisation : Contre sa petite Lune
Contact :

Messagepar Max Katarn » 20 Déc 2007, 16:02

Dernière édition par Max Katarn le 20 Déc 2007, 16:27, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Luxy
Dame lumière
Messages : 1133
Inscription : 15 Juin 2005, 14:00
Localisation : Région parisienne oO
Contact :

Messagepar Luxy » 20 Déc 2007, 16:04



Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 20 Déc 2007, 19:25


Avatar de l’utilisateur
Luxy
Dame lumière
Messages : 1133
Inscription : 15 Juin 2005, 14:00
Localisation : Région parisienne oO
Contact :

Messagepar Luxy » 20 Déc 2007, 20:25



Avatar de l’utilisateur
Max Katarn
Fatal $
Messages : 278
Inscription : 26 Juil 2006, 11:30
Localisation : Contre sa petite Lune
Contact :

Messagepar Max Katarn » 21 Déc 2007, 10:11

Wesh, on va voir si t'as un bon flow. :wink:

Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 22 Déc 2007, 18:18


Avatar de l’utilisateur
Roanne
Muse corsetée
Messages : 1263
Inscription : 20 Fév 2006, 14:40
Localisation : L'Hermitain
Contact :

Messagepar Roanne » 23 Déc 2007, 10:42

* *
* *

Chwip
Historienne
Messages : 2267
Inscription : 17 Avr 2006, 14:04

Messagepar Chwip » 23 Déc 2007, 10:44


Avatar de l’utilisateur
Roanne
Muse corsetée
Messages : 1263
Inscription : 20 Fév 2006, 14:40
Localisation : L'Hermitain
Contact :

Messagepar Roanne » 23 Déc 2007, 10:54

* *
* *

Avatar de l’utilisateur
Riku Rion
Messages : 57
Inscription : 11 Oct 2011, 15:54
Genre de livres que vous lisez le plus souvent ? : Fantasy, Fantastique et SF
Localisation : 74
Contact :

Re: Erotisme

Messagepar Riku Rion » 13 Oct 2011, 16:29

Justement j'ai toujours apprécier l'érotisme au sens artistique, que ce soit dans les BD, romans, mangas, films ou autre... (même si j'en connais pas forcément encore beaucoup)


Revenir vers « Un peu de culture... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités