Interview de Jean pierre Misset pour la nouvelle « La Vie des gueux amadouée en proverbe »

Jean-Pierre Misset Auteur
et
Agnès Pelletier Illustrateur
pour la nouvelle "La Vie des gueux amadouée en proverbe"

Jean-Pierre Misset nous offre dans sa Cour des miracles, l'histoire d'un jeune gars dans la mouise. Il ne sait pas comment s'en sortir, il essaie de se raccrocher aux branches et trouve un endroit où on peut le faire. Dans l'instant où il traverse la Cour des miracles, les difficultés s'estompent ou disparaissent. Le thème c'est la rédemption.

Votre exemplaire est disponible


Interview de Jean pierre Misset pour la nouvelle "La Vie des gueux amadouée en proverbe"

Bonjour,

Je suis venu à l'écriture un peu par hasard : du temps pour occuper ma retraite, jardinage et autres loisirs ne m'occupant pas à temps plein. Je me suis inscrit à un atelier d'écriture par curiosité, l'addiction est rapidement venue. J'ai tout simplement découvert que j'étais capable d'écrire autre chose que des dossiers techniques...

J'ai ensuite participé à un stage en immersion totale, avec rencontre d'autres auteurs en herbe ou professionnels confirmés.
En parallèle, j'ai cherché à mieux connaître ce nouveau monde, en utilisant internet, au départ. Là, j'ai été séduit par les concours de nouvelles, j'ai fait trois envois, dont celui des Mille Saisons. Le premier n'a pas été couronné de succès, mais accepté tout de même, j'attends les résultats des autres.
Je suis désireux de continuer l'expérience, et me suis d'ores et déjà inscrit à un autre stage, et je prépare un autre concours, toujours sur la nouvelle à thème.

La Cour des Miracles m'a inspiré tout de suite, je ne suis pas vraiment capable de dire pourquoi, parmi une dizaine d'autres offres. Un nouveau détour par internet pour me remettre en tête la logique de la chose, le reste est venu assez facilement.

Je suis d'origine scientifique (Doctorat de Physique) mais j'ai toujours aimé lire : Giono, Steinbeck, et une belle sœur auteure de nombreux livres et nouvelles, Elizabeth Vonarbourg, maintenant québecqoise. Elle m'a plongé dans l'univers de la science fiction (Asimov, Van Vogt, Brown...), qui ont complété ma bibliothèque.

Mon projet d'écriture tient en peu de mots : éditer un recueil de nouvelles, j'ai cinq ou six textes en tête...

Cordialement,
Jean Pierre Misset


L'illustratrice Agnès Pelletier

Mon processus de création :
Je lis d’abord la nouvelle avec une musique d’ambiance, souvent tirée d’une bande originale de films ou de jeux vidéos. Je la lis d’abord deux fois d’affilée, puis une troisième en relevant les passages qui m’intéressent ; qui sont représentatifs de l’histoire, ou alors dont l’image me paraît claire et facile à dessiner.
J’élabore ensuite plusieurs croquis sur tout petit format pour avoir les mouvements principaux. Une fois cela fait, je choisis, avec l’aide d’autres personnes qui me conseillent, lesquels sont les plus accrocheurs et comment les améliorer pour les rendre plus dynamiques, plus attractifs.
Enfin, je les redessine au format final pour ensuite les encrer/passer à la couleur.
La technique utilisée ici :
J’ai choisi de travailler sur un papier coloré. Le « mi-teinte » est génial pour bosser directement avec les ombres et lumières ! Pour les ajouts de noirs et de blancs, j’utilise simplement deux crayons de couleurs : l’un noir et l’autre blancs. Pour les éclats de blancs intenses, j’ajoute quelques touches de gouache blanche, que je dégrade quelque peu sur le crayon de la même valeur.
Références et inspirations :
Je n’ai pas de références en particulier, j’utilise tout ce qui m’a passé sous la main.
En l’occurence, je me suis inspirée de la musique écoutée (Assassin’s Creed III pour « Les Nouveaux Alliés », et Wall-E pour « La vie des Gueux amadoués en Proverbe ».)
Je lis également énormément de livres fantastique/héroïc fantasy, tous genres confondus, que ce soit de la BD française, du manga, du roman, tout y passe ; j’aime également regarder des films et des films d’animations, toujours très instructifs au niveau des cadrages.
Agnès Pelletier

Interview de Jean pierre Misset

Bonjour,

Je suis venu à l’écriture un peu par hasard : du temps pour occuper ma retraite, jardinage et autres loisirs ne m’occupant pas à temps plein. Je me suis inscrit à un atelier d’écriture par curiosité, l’addiction est rapidement venue. J’ai tout simplement découvert que j’étais capable d’écrire autre chose que des dossiers techniques…

J’ai ensuite participé à un stage en immersion totale, avec rencontre d’autres auteurs en herbe ou professionnels confirmés.
En parallèle, j’ai cherché à mieux connaître ce nouveau monde, en utilisant internet, au départ. Là, j’ai été séduit par les concours de nouvelles, j’ai fait trois envois, dont celui des Mille Saisons. Le premier n’a pas été couronné de succès, mais accepté tout de même, j’attends les résultats des autres.
Je suis désireux de continuer l’expérience, et me suis d’ores et déjà inscrit à un autre stage, et je prépare un autre concours, toujours sur la nouvelle à thème.

La Cour des Miracles m’a inspiré tout de suite, je ne suis pas vraiment capable de dire pourquoi, parmi une dizaine d’autres offres. Un nouveau détour par internet pour me remettre en tête la logique de la chose, le reste est venu assez facilement.

Je suis d’origine scientifique (Doctorat de Physique) mais j’ai toujours aimé lire : Giono, Steinbeck, et une belle-sœur auteure de nombreux livres et nouvelles, Elizabeth Vonarbourg, maintenant québecqoise. Elle m’a plongé dans l’univers de la science-fiction (Asimov, Van Vogt, Brown…), qui ont complété ma bibliothèque.

Mon projet d’écriture tient en peu de mots : éditer un recueil de nouvelles, j’ai cinq ou six textes en tête…

Cordialement,
Jean Pierre Misset

Interview de Guillaume Roussel

– Qu’est-ce qui vous a décidé à participer à l’appel à texte « La Cour des miracles » et le Prix littéraire Mille Saisons ?

Je cherchais un appel à texte par défi personnel et de fil en aiguille j’ai fini par tomber sur celui-ci ; j’avais entendu parler de Mille Saisons et l’opportunité semblait intéressante alors je me suis permis d’envoyer ma petite contribution.

– Est-ce votre première expérience d’écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos « habitude » d’écriture ?

J’écris depuis l’école primaire, simplement parce que je reste un petit garçon qui aime raconter des histoires. Depuis le temps, mes habitudes d’écriture ont changé même si j’ai toujours cette difficulté à fonctionner autrement que sur une manière d’écrire en kit : je décris des tableaux, des actions ou descriptions assez courtes puis ça me coûte sang et eau de les lier entre elles par des transitions que j’essaye de rendre intelligentes.

– Comment vous est venue l’idée de votre Cour des miracles ?

L’idée est venue d’un projet avec ma cousine, que nous n’avons jamais réussi à concrétiser par manque de temps, à cause de la distance. C’était l’occasion de lui donner un peu vie à la mesure de mes maigres moyens.

– Lecteur/Auteur ? Comment en êtes-vous arriver à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

Pour la lecture, c’est la faute de mon oncle qui m’aura obligé à lire la trilogie complète du Seigneur des Anneaux : c’était la condition pour qu’ils m’emmènent voir les films. J’ai continué sur la voie avec Harry Potter (focément !), Narnia, Hobb, Bottero. La lecture a fini par nourrir l’écriture et j’ai passé quelques mois difficiles à essayer de différencier mon style de celui de Bottero.

– Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d’écriture ?

Je passe mon tour pour cette question : je ne veux pas en dévoiler trop. 🙂

Interview d’Ethel Karskens pour la nouvelle La Valse des miracles

Noé Violas pour "La Valse des Miracles"

Ethel Karskens l'auteur et Noé VIOLAS illustrateur pour la nouvelle La Valse des miracles

Interview d'Ethel Karskens pour la nouvelle "La Valse des miracles"

- Qu'est ce qui vous a décider à participer à l'appel à texte "La Cour des miracles" et le Prix littéraire Mille Saisons ?

Je cherchais un concours qui pourrait comprendre et apprécier l’univers surréaliste que j’avais créé. Le thème « la Cour des miracles » me parlait car il désignait cette ambiance secrète, nocturne et déjantée qui traverse l’histoire.

- Est-ce votre première expérience d'écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos "habitude" d'écriture ?

Non, cela fait plusieurs années que j’écris. Lorsque je commence une histoire, je n’en connais ni le début ni la fin. J’ai plusieurs personnages et une ambiance précise en tête et les laisse évoluer. L’histoire suit toute seule. Lors de mes phases intenses d’écriture, je me lève très tôt car c’est le matin que j’ai l’esprit le plus clair. J’ai alors un mode de vie très sain et des habitudes cadrées afin de donner autant de forces et de créativité possibles à mon histoire.

- Comment vous est venue l'idée de votre Cour des miracles ?

Elle était déjà présente trois ans auparavant. La nouvelle écrite pour le concours n’est qu’une infime partie de tout l’univers surréaliste de Tilleul et Caillou. Leurs personnages ont déjà vécu de nombreuses aventures ensemble à travers des bribes de romans.

- Lecteur/Auteur ? Comment en êtes vous arriver à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

Je ne lis pas énormément de fantasy. Quant au genre de la science-fiction, j’ai lu plusieurs classiques qui m’ont énormément touchée. Je pense qu’il s’agit d’un genre très intéressant. Je suis surtout une grande lectrice de Boris Vian, de sa poésie pertinente et de la justesse de ses mots lorsqu’il écrit sur les grands maux l’homme avec des phrases colorées et simples.

- Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d'écriture ?

Je pense écrire un roman dans le même type d’univers que ma nouvelle avec également Tilleul, Caillou, Buddha, Rose et le Prêtre comme personnages. Ayant déjà à plusieurs reprises essayé d’en faire un roman mais ayant rencontré du mal à cause de l’attachement que j’ai pour leurs caractères, je souhaiterais m’y mettre une bonne fois pour toute et donner vie à toute l’immensité que leurs personnalités, leurs histoires et leurs énergies méritent.


 

Noé Violas pour "La Valse des Miracles"
Noé Violas pour "La Valse des Miracles"

L'illustrateur Noé VIOLAS

1 Processus créatif :
J’ai d’abord lu le texte une première fois pour m’imprégner de l’histoire, puis une deuxième pour choisir les éléments ou la scène à illustrer. J’ai ensuite effectué une série de roughs pour déterminer ma composition. Une fois mes intentions clarifiées, j’ai commencé à travailler au crayon sur un format homothétique à l’original. Après le crayonné est venu le travail au lavis, puis le scan et la mise au format accompagnée des derniers réglages.
2 Méthode de travail et outils :
J’ai choisi d’utiliser le lavis à l’encre de Chine, car je voulais une ambiance riche en contrastes avec un niveau de détail relativement important. Quelques rehauts de gouache blanche m’ont permis de placer des lumières fortes et accentuer les volumes.
3 Influences et références :
Mes influences vont du franco-belge avec Régis Loisel, Didier Tarquin, Olivier Ledroit, en passant par les mangakas Takeshi Obata, Atsushi Ohkubo, Jirô Taniguchi, le studio Ghibli, et les américains Sean Murphy, Greg Capulo, frank Miller, et plein d’autres encore…
Noé VIOLAS, 2B

Interview d’Elie Darco pour la nouvelle « L’Arenaire du Deucalion »

Elie Darco Auteur et Emmanuelle WICHT pour L'Arenaire du Deucalion. 

Elie Darco nous offre dans sa Cour des miracles une ambiance en milieu clos, puisque nous nous retrouvons avec tout un peuple dans un vieux vaisseau spatiale. L'objectif du voyage était une planète Eden qui malheureusement n'existe plus. Dans tout ce désespoir, l'instinct de survie sera t-il le plus fort. Les relations entre les personnages n'en seront que plus tendues dans ce grand vaisseau qui est maintenant leur ultime antichambre de la vie.

Votre exemplaire est disponible

 


Interview d'Elie Darco pour la nouvelle "L'Arenaire du Deucalion"

- Qu'est-ce qui vous a décidé à participer à l'appel à texte "La Cour des Miracles" et le Prix littéraire Mille Saisons ?  

Le thème m’interpellait et faisait naître dans mon imaginaire des tas d’écheveaux littéraires : des pans d’histoire, des idées de contexte, d’univers particuliers, des relations entre des personnages colorés… Le concept d’un vote des lecteurs était aussi quelque chose d’original, qui a retenu mon attention et m’a motivée.

- Est-ce votre première expérience d'écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos "habitudes" d'écriture ?

Non, ce n’est pas ma première expérience d’écriture, j’ai quelques millions de signes derrière moi et des publications, mais je suis toujours embarrassée pour expliquer « comment » j’écris. J’ai une méthode bien sûr ‒ faire un plan, de la bibliographie ‒, mais pour le reste, il s’agit d’envie, d’instinct et d’une dose de spontanéité : laisser la trame se dérouler, les personnages se modeler peu à peu.  

- Comment vous est venue l'idée de votre Cour des miracles ?

J’avais déjà utilisé cet ingrédient dans un roman fantastique victorien et j’ai longtemps hésité entre puiser dans ce récit ou composer une toute nouvelle Cour. J’ai opté pour la nouvelle Cour, j’avais envie de jouer avec un contexte de science-fiction, à contrepied du fantastique historique.

- Lecteur/Auteur ? Comment en êtes-vous arrivé à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

J’écris de la blanche et de la noire, mais ma préférence va aux littératures de l’Imaginaire, parce qu’elles ouvrent sur tous les possibles. Elles permettent une incomparable évasion, de lâcher le lien avec notre réalité et c’est ce que j’aime et recherche aussi en tant que lectrice.

- Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d'écriture ?

Mon projet d’écriture sera un recueil de novellas qui se répondent dans un univers mêlant space-opéra, aventure et romance. Les récits tournent autour de la quête secrète d’Arthur Chevalier, un personnage récurrent qui parcourt les terres galactiques de l’Union Humanoïde Interplanétaire, pour recruter des compagnons puis mener à bien sa mission…


 

L'illustratrice Emmanuelle Wicht
Cette nouvelle m’a posé problème, parce que le thème et son imagerie ne m’étaient pas du tout familiers. Je me suis donc attardée sur la représentation de l’héroïne, dans cet univers de cales et de couloirs de cargos de l’espace. Je l’ai donc représentée dans ce dédale de coursives pleines de menaces venant de partout. Avec une source de lumière vers le fond pour attirer le regard et instaurer une atmosphère de suspens.
La technique utilisée est uniquement du Photoshop, car je voulais accentuer ce côté futuriste et science-fiction de la nouvelle, qu’une mise en forme traditionnelle aurait dénaturé.
Mes influences pour ce travail sont principalement les background et les concept art du dessin animé de 20th Century Fox « Titan A.E. », et encore et toujours Brett Equist pour les personnages.
Emmanuelle Wicht

Interview d’Elie Darco

– Qu’est-ce qui vous a décidé à participer à l’appel à texte « La Cour des Miracles » et le Prix littéraire Mille Saisons ?  

Le thème m’interpellait et faisait naître dans mon imaginaire des tas d’écheveaux littéraires : des pans d’histoire, des idées de contexte, d’univers particuliers, des relations entre des personnages colorés… Le concept d’un vote des lecteurs était aussi quelque chose d’original, qui a retenu mon attention et m’a motivée.

– Est-ce votre première expérience d’écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos « habitudes » d’écriture ?

Non, ce n’est pas ma première expérience d’écriture, j’ai quelques millions de signes derrière moi et des publications, mais je suis toujours embarrassée pour expliquer « comment » j’écris. J’ai une méthode bien sûr ‒ faire un plan, de la bibliographie ‒, mais pour le reste, il s’agit d’envie, d’instinct et d’une dose de spontanéité : laisser la trame se dérouler, les personnages se modeler peu à peu.

– Comment vous est venue l’idée de votre Cour des miracles ?

J’avais déjà utilisé cet ingrédient dans un roman fantastique victorien et j’ai longtemps hésité entre puiser dans ce récit ou composer une toute nouvelle Cour. J’ai opté pour la nouvelle Cour, j’avais envie de jouer avec un contexte de science-fiction, à contrepied du fantastique historique.

– Lecteur/Auteur ? Comment en êtes-vous arrivé à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

J’écris de la blanche et de la noire, mais ma préférence va aux littératures de l’Imaginaire, parce qu’elles ouvrent sur tous les possibles. Elles permettent une incomparable évasion, de lâcher le lien avec notre réalité et c’est ce que j’aime et recherche aussi en tant que lectrice.

– Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d’écriture ?

Mon projet d’écriture sera un recueil de novellas qui se répondent dans un univers mêlant space-opéra, aventure et romance. Les récits tournent autour de la quête secrète d’Arthur Chevalier, un personnage récurrent qui parcourt les terres galactiques de l’Union Humanoïde Interplanétaire, pour recruter des compagnons puis mener à bien sa mission…

Interview de Danü Danquigny

– Qu’est-ce qui vous a décider à participer à l’appel à texte « La Cour des miracles » et le Prix littéraire Mille Saisons ?

Je n’ai pas participé à un cours de nouvelles depuis une bonne dizaine d’années. Je ne pensais plus le faire. Et puis j’avais cette histoire dans la tête, qui poussait et ne demandait qu’à sortir, mais qui se retrouvait invariablement reléguée derrière les autres projets en cours, plus urgents, plus avancés…

Tombé un peu par hasard sur l’appel à texte « La cour des miracles », j’ai trouvé le projet sympa sur plusieurs plans. Le format, déjà : beaucoup de concours exigent des textes très courts, souvent trop courts. Le thème, son côté canaille mystérieuse. Mais surtout, c’est flagrant, il y a une véritable intention éditoriale dans la création de ce prix. Si les éditions Mille Saisons m’était inconnues, en tant que vieux rôliste, je n’ai pas pu passer à côté du Grimoire.

Il y a eu comme un fourmillement, alors j’ai gratté quelques pages, et voilà.

– Est-ce votre première expérience d’écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos « habitude » d’écriture ?

L’écriture est une maladie infantile, je l’ai attrapée comme d’autres chopent les oreillons. Ça m’a laissé le temps d’essayer différent supports et formats : poésie, nouvelles, chansons, roman court, roman tout court, scenarii… Et ça doit bien faire dix ans que je n’avais pas écrit une nouvelle, m’attelant de préférence à des travaux de plus longue haleine. Mais c’est presque toujours pareil.

D’abord il y a l’idée, elle survient un peu par accident, au détour d’une conversation, d’une ballade, d’un paragraphe. Si elle me plait, je joue avec, je tourne autour, je la malaxe. Je la laisse vieillir un peu pour voir si elle se bonifie ou devient de la piquette.

Quand j’en viens à savoir ce que je vais en dire, de cette idée, je me demande comment je vais le raconter. J’ai à côté de mon lit un petit bouquin qui réunit les deux différentes versions publiées du Horla, de Maupassant. Dans la première, un cercle de professionnels se réunit pour entendre le témoignage d’un patient qui leur raconte sa cohabitation involontaire avec cet « autre ». C’est une bonne nouvelle. Dans la seconde, l’auteur rapporte cette inquiétante présence, mais cette fois sous la forme d’un journal intime. C’est le chef d’œuvre que tout le monde connaît. C’est exactement la même histoire, mais l’éclairage porté dessus donne au mystère une dimension angoissante.

Quand j’ai décidé que je tiens mon idée et mon (mes) angle(s) narratif(s), j’établis un plan détaillé, un mini-synopsis qui est à la fois le fil rouge que je garderai en ligne de mire pendant la rédaction et un élément qui ne va cesser de subir des modifications au fil de l’écriture. La trame ne peut pas être figée avant que l’histoire ne soit racontée, sinon ça ne sert à rien de l’écrire.

Alors seulement, je m’attaque à l’écriture à proprement parler. J’ai bien quelques phrases ou paragraphes, pondus à l’envolée, notés ici ou là, mais pour l’essentiel j’attends cette étape pour donner de la chair au récit. D’abord à la main, sur un cahier d’écolier, plus pratique à trimballer. Et enfin, je le passe à la bécane, ça me donne l’occasion d’une réécriture.

J’ai un boulot, une famille, une vie sociale, et je ne fais pas partie de ces gens qui ont la chance de pouvoir se couper du monde pendant quinze jours ou trois semaines pour écrire. Je crois en revanche beaucoup au rythme. J’écris tous les jours. Parfois vingt minutes, parfois trois heures. Plus souvent autour d’une heure. Mais tous les jours.

– Comment vous est venue l’idée de votre Cour des miracles ?

Il y a deux éléments à l’origine de Sapiens© Incertus. Le Sapiens© d’abord, qui pense et analyse à la place de l’homme, aboutissement des processus actuels : la machine qui devait compléter l’homme vient suppléer ses fonctions. Des types me disent que depuis internet, on a plus besoin de se souvenir. On parle de ne plus apprendre l’écriture graphique aux enfants, pour lesquels le clavier ou le tactile serait plus adaptés. Dans certains secteurs commerciaux, une application va décider des stratégies commerciales en fonction du marché et du comportement de la concurrence. Je fais partie d’une génération qui répugne à utiliser une calculatrice et aime noircir des pages entières au stylo bille, alors forcément, ça me fait peur. Quand le tournevis vous aide à monter le meuble, c’est bien. Quand il le fait à votre place, ça n’est plus un outil. Et vous, au final, vous n’avez pas la moindre idée de comment sont assemblées les foutues planches qui forment votre étagère.

L’autre question, la plus importante sans doute, c’est celle du « que faire ? ». Comment sortir d’une dérive mondialisée, où aller pour y échapper ? Comment même réfléchir à partir d’informations de seconde main, préparées par d’autres ? Et qui sont ces autres-là, d’ailleurs ?

– Lecteur/Auteur ? Comment en êtes-vous arriver à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

A la base, ma zone de confort, c’est le noir. Le film noir, le roman noir, le drapeau noir. Je lis peu de SF et de fait suis assez sélectif en la matière : Gibson, Brunner, Silverberg ou plus récemment Damasio (découvert après l’écriture de Sapins© Incertus, mais dont j’apprécie énormément le style coup de boule, la plume affutée et la vision lucide).

En tant qu’auteur, ce qui me botte dans l’anticipation, c’est cette possibilité de parler de demain pour dire aujourd’hui, d’extrapoler les tendances actuelles pour envisager un après. En forçant le trait sur les dérives contemporaines, même légèrement, il devient possible d’évoquer des problématiques en les désincarnant. Détaché de la dictature de l’immédiateté et des « tendances », le récit d’anticipation permet de pointer du doigt en esquivant la partisanerie. Et de raconter une bonne histoire.

– Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d’écriture ?

Au départ, l’idée qui sous-tend Sapiens© Incertus est celle d’un roman, qui parlerait de failles et de gauchers.

Si les lecteurs me donnent cette chance, j’irai dans cette direction. Un roman à plusieurs points de vues sur Granpa’ et ses jumelles, les tours étincelantes et les bas-fonds, sur le Sapiens© et les chaussettes blanches, sur l’utopie d’un ailleurs ou d’un dehors, sur ces questions aussi de savoir jusqu’à quel point l’homme est prêt à externaliser ses fonctions propres et à remettre son destin aux mains d’un algorithme. L’aliénation volontaire, contrepartie dispendieuse de la demande sécuritaire (sécurité physique, sanitaire, professionnelle, affective, etc.), et son corollaire, le contrôle tous azimuts et forcené, sont-ils des phénomènes inéluctables ou des tendances savamment entretenues ?

L’avenir est à inventer, reste à savoir ce qu’on veut en faire.

Interview de Danü Danquigny pour la nouvelle « sapiens incertus »

Danü Danquigny Auteur
et
Thomas Levadoux Illustrateur
pour la nouvelle "Sapiens Incertus" .

Danü Danquigny nous offre dans sa Cour des miracles, une ambiance cyberpunk à la Blade Runner et pose la question de qu'est ce qu'on est capable de déléguer, jusqu'où est ce qu'on va sous-traiter nos facultés, notre cerveau, nos capacités de jugement à une machine qui n'est qu'un outils.

Votre exemplaire est disponible sur la boutique du Grimoire


Interview de Danü Danquigny pour la nouvelle "sapiens incertus"

- Qu'est-ce qui vous a décider à participer à l'appel à texte "La Cour des miracles" et le Prix littéraire Mille Saisons ?

Je n’ai pas participé à un cours de nouvelles depuis une bonne dizaine d’années. Je ne pensais plus le faire. Et puis j’avais cette histoire dans la tête, qui poussait et ne demandait qu’à sortir, mais qui se retrouvait invariablement reléguée derrière les autres projets en cours, plus urgents, plus avancés…  

Tombé un peu par hasard sur l’appel à texte « La cour des miracles », j’ai trouvé le projet sympa sur plusieurs plans. Le format, déjà : beaucoup de concours exigent des textes très courts, souvent trop courts. Le thème, son côté canaille mystérieuse. Mais surtout, c’est flagrant, il y a une véritable intention éditoriale dans la création de ce prix. Si les éditions Mille Saisons m’était inconnues, en tant que vieux rôliste, je n’ai pas pu passer à côté du Grimoire.

Il y a eu comme un fourmillement, alors j’ai gratté quelques pages, et voilà.

- Est-ce votre première expérience d'écriture ? Si oui ou non, que pouvez-vous nous dire sur son déroulement créatif et/ou de vos "habitude" d'écriture ?

L’écriture est une maladie infantile, je l’ai attrapée comme d’autres chopent les oreillons. Ça m’a laissé le temps d’essayer différent supports et formats : poésie, nouvelles, chansons, roman court, roman tout court, scénarii… Et ça doit bien faire dix ans que je n’avais pas écrit une nouvelle, m’attelant de préférence à des travaux de plus longue haleine. Mais c’est presque toujours pareil.

D’abord il y a l’idée, elle survient un peu par accident, au détour d’une conversation, d’une ballade, d’un paragraphe. Si elle me plait, je joue avec, je tourne autour, je la malaxe. Je la laisse vieillir un peu pour voir si elle se bonifie ou devient de la piquette.

Quand j’en viens à savoir ce que je vais en dire, de cette idée, je me demande comment je vais le raconter. J’ai à côté de mon lit un petit bouquin qui réunit les deux différentes versions publiées du Horla, de Maupassant. Dans la première, un cercle de professionnels se réunit pour entendre le témoignage d’un patient qui leur raconte sa cohabitation involontaire avec cet « autre ». C’est une bonne nouvelle. Dans la seconde, l’auteur rapporte cette inquiétante présence, mais cette fois sous la forme d’un journal intime. C’est le chef d’œuvre que tout le monde connaît. C’est exactement la même histoire, mais l’éclairage porté dessus donne au mystère une dimension angoissante.

Quand j’ai décidé que je tiens mon idée et mon (mes) angle(s) narratif(s), j’établis un plan détaillé, un mini-synopsis qui est à la fois le fil rouge que je garderai en ligne de mire pendant la rédaction et un élément qui ne va cesser de subir des modifications au fil de l’écriture. La trame ne peut pas être figée avant que l’histoire ne soit racontée, sinon ça ne sert à rien de l’écrire.

Alors seulement, je m’attaque à l’écriture à proprement parler. J’ai bien quelques phrases ou paragraphes, pondus à l’envolée, notés ici ou là, mais pour l’essentiel j’attends cette étape pour donner de la chair au récit. D’abord à la main, sur un cahier d’écolier, plus pratique à trimballer. Et enfin, je le passe à la bécane, ça me donne l’occasion d’une réécriture.

J’ai un boulot, une famille, une vie sociale, et je ne fais pas partie de ces gens qui ont la chance de pouvoir se couper du monde pendant quinze jours ou trois semaines pour écrire. Je crois en revanche beaucoup au rythme. J’écris tous les jours. Parfois vingt minutes, parfois trois heures. Plus souvent autour d’une heure. Mais tous les jours.

- Comment vous est venue l'idée de votre Cour des miracles ?

Il y a deux éléments à l’origine de Sapiens© Incertus. Le Sapiens© d’abord, qui pense et analyse à la place de l’homme, aboutissement des processus actuels : la machine qui devait compléter l’homme vient suppléer ses fonctions. Des types me disent que depuis internet, on a plus besoin de se souvenir. On parle de ne plus apprendre l’écriture graphique aux enfants, pour lesquels le clavier ou le tactile serait plus adaptés. Dans certains secteurs commerciaux, une application va décider des stratégies commerciales en fonction du marché et du comportement de la concurrence. Je fais partie d’une génération qui répugne à utiliser une calculatrice et aime noircir des pages entières au stylo bille, alors forcément, ça me fait peur. Quand le tournevis vous aide à monter le meuble, c’est bien. Quand il le fait à votre place, ça n’est plus un outil. Et vous, au final, vous n’avez pas la moindre idée de comment sont assemblées les foutues planches qui forment votre étagère.

L’autre question, la plus importante sans doute, c’est celle du « que faire ? ». Comment sortir d’une dérive mondialisée, où aller pour y échapper ? Comment même réfléchir à partir d’informations de seconde main, préparées par d’autres ? Et qui sont ces autres-là, d’ailleurs ?

- Lecteur/Auteur ? Comment en êtes-vous arriver à lire /écrire de la SF , Fantasy, etc?

A la base, ma zone de confort, c’est le noir. Le film noir, le roman noir, le drapeau noir. Je lis peu de SF et de fait suis assez sélectif en la matière : Gibson, Brunner, Silverberg ou plus récemment Damasio (découvert après l’écriture de Sapins© Incertus, mais dont j’apprécie énormément le style coup de boule, la plume affutée et la vision lucide).
 
En tant qu’auteur, ce qui me botte dans l’anticipation, c’est cette possibilité de parler de demain pour dire aujourd’hui, d’extrapoler les tendances actuelles pour envisager un après. En forçant le trait sur les dérives contemporaines, même légèrement, il devient possible d’évoquer des problématiques en les désincarnant. Détaché de la dictature de l’immédiateté et des « tendances », le récit d’anticipation permet de pointer du doigt en esquivant la partisannerie. Et de raconter une bonne histoire.

- Si vous les lecteurs vous donnent Le Prix Mille Saisons, quel sera votre projet d'écriture ?

Au départ, l’idée qui sous-tend Sapiens© Incertus est celle d’un roman, qui parlerait de failles et de gauchers.

Si les lecteurs me donnent cette chance, j’irai dans cette direction. Un roman à plusieurs points de vues sur Granpa’ et ses jumelles, les tours étincelantes et les bas-fonds, sur le Sapiens© et les chaussettes blanches, sur l’utopie d’un ailleurs ou d’un dehors, sur ces questions aussi de savoir jusqu’à quel point l’homme est prêt à externaliser ses fonctions propres et à remettre son destin aux mains d’un algorithme. L’aliénation volontaire, contrepartie dispendieuse de la demande sécuritaire (sécurité physique, sanitaire, professionnelle, affective, etc.), et son corollaire, le contrôle tous azimuts et forcené, sont-ils des phénomènes inéluctables ou des tendances savamment entretenues ?

L’avenir est à inventer, reste à savoir ce qu’on veut en faire.


 

L'illustrateur Thomas Levadoux

Pour réaliser l'illustration de la nouvelle « Sapiens Incertus » j'ai lu plusieurs fois le texte pour m'imprégner de l'ambiance et de l'univers.

je me suis inspiré des affiches des vieux films de polar en noir et blanc, et de la bande dessinée Sin City de Franc Miller.

J'ai utilisé de l'encre de chine en aplat de noir pour retrouver l'ambiance des polars et j'ai utilisé la technique du lavis pour le visage de la femme afin de lui donner un côté fantomatique.    

Thomas Levadoux

Liste des illustrateurs pour « La Cour des miracles »

Liste des illustrateurs et des nouvelles illustrées :

« Les enfants du rêve » : Héloïse GOUDE
« L’appât » : Paul FOURATIER
« Atrium Miracula » : Nicolas WAGNER
« Debout les morts » : Thomas VAN HAVERMAET
« Les nouveaux alliés » : Agnès PELLETIER
« Héliopolis » : Michael DESTIVELLE
« La grande Purge » : Sylvie TARRIE
« Le tyran malgré lui » : Pedro SOUZA
« La valse des miracles » : Noé VIOLAS
« Chini Ya » : Morgane LEMAIRE
« Pendaison hautes et cour » : Maxime GANDEL
« Le SIR » : Agathe PLUNIAN
« La mine d’or d’Eduardo » : Agathe PLUNIAN
« La bande du 21 » : Jean-Baptiste MARGARIT
« L’Arénaire du Déucalion » : Emmanuelle WICHT
« La Vie des gueux amadoués en proverbe » : Agnès PELLETIER
« La jeune fille au dessin » : Emmanuelle WICHT
« La nuit d’Angus » : Amélie GROSSMANN
« Un certain monsieur Joly » : Olivier ZAMBON
« Sapiens Incertus » : Thomas LEVADOUX
«Bagatelle pour les gueux » : Thomas VAN HAVERMAET

Les Illustrations de l’anthologie La Cour des miracles

Avec la participation de l’École Supérieure d’Arts Graphiques Jean Trubert

 

Prenez le Pouvoir, votez !

Prenez le Pouvoir !
N'attendez pas que les miracles se produisent.
Réalisez-les !

Le Prix Mille Saisons inaugure avec La Cour des miracles la première collection interactive des littératures de l’imaginaire. Nous vous proposons de choisir l'univers, l'auteur et l'illustrateur de nos prochaines publications. La Cour des miracles réunit 20 nouvelles, chacune illustrée...

Les auteurs - Les illustrations

C'est ici que vous pouvez voter pour votre œuvre préférée.
>> VOTEZ !!! >>

Lire la suite